LES LUMIERES DE TEL-AVIV - SCHWARTZBROD A.

Nos rayons
LES LUMIERES DE TEL-AVIV

LES LUMIERES DE TEL-AVIV

SCHWARTZBROD A.
Editeur : Rivages
Collection : RIVAGES NOIR
Date de parution : 04/03/2020

[ean : 9782743649845]

En stock !
20.00 €
Résumé
Dans un futur proche où les séparatismes ont eu raison des États-Nations, les ultrareligieux associés aux Russes ont pris le pouvoir à Jérusalem pour former le « Grand Israël », tandis qu'à tel Aviv les résistants tentent de revivre selon les préceptes communautaires des premiers kibboutzim. Un deuxième mur est érigé et des robots tueurs sont installés à la frontière. Six personnages vont entrecroiser leurs destins en cherchant à franchir ce mur : un jeune palestinien exilé, un ultra-orthodoxe en cavale, un commissaire arabe à la recherche d'un amour perdu, la femme d'un Haredim éprise de liberté, et le mari de cette dernière qui travaille pour le Premier ministre de Jérusalem.

Notre avis

Troisième roman d'Alexandra Schwartzbrod consacré à Israël, « Les lumières de Tel Aviv » nous plonge dans un futur indéterminé, dans un pays plus que jamais déchiré, scindé en deux par la tyrannie d'un despote ultra-orthodoxe soutenu par les Russes et contraignant les fidèles à l'étude permanente des textes sacrés dans un Jérusalem emmuré à en faire pâlir Donald Trump d'envie et duquel furent chassés violemment les Palestiniens, auquel s'opposent « les Résistants », un melting-pot d'hommes et de femmes, Juifs et Arabes, aspirant à la liberté et l'égalité absolues et regroupés dans un Tel Aviv transformé en communauté coopérative géante.

Dit ainsi, le livre pourrait s'apparenter à une énième resucée d'analyse politique manichéenne et simpliste d'un monde qui n'a jamais été aussi abscons et le sera sans doute davantage encore dans les années à venir. C'est tout l'inverse. Alexandra Schwartzbrod esquisse ici un brillant microcosme de notre humanité et de sa complexité, de ses croyances religieuses et idéologiques et de leurs dérives.

Chacun, convaincu d’œuvrer pour ce qu'il croit être le Bien, entre société libertaire, idéaliste et « laïciste » d'un côté et obscurantisme coercitif de l'autre, se heurte aux limites de sa propre utopie, davantage encore qu'à celle de son ennemi. Soumis à la menace de robots tueurs sillonnant le Mur de long en large, symboles de cette toute puissance technologique à laquelle nous abandonnons notre souveraineté et notre humanité, ils sont six à vouloir fuir dans un sens ou dans l'autre, persuadés que le bonheur, l'amour et la paix se situent de l'autre côté.

Parsemé de références lumineuses aux cultures juives et arabes, particulièrement érudit mais résolument accessible, le roman transpire l'amour d'une autrice pour ces terres cosmopolites, si riches en brassage de traditions en tous genres. Débordant d'odeurs de frangipanier et de zaatar qui nous envahissent avec délectation, de couleurs chaudes et chaleureuses qui nous réchauffent le cœur et l'esprit, de sons de l'océan et de rues bondées qui parviendraient presque jusqu'à nos oreilles, « Les lumières de Tel Aviv » est un texte vivant et bouillonnant, rappelant plus que jamais combien derrière l'obscurité de desseins politiques malfaisants se cachent des histoires individuelles bouleversantes, exaltantes et remplies d'espoir.

Un livre aussi délicat dans l'écriture que puissant dans le récit, une lecture incontournable de ce printemps.

Alexis

Ils pourraient vous plaire