Les Coups de Cœur

L-INCONNU DE LA POSTE

favoriteAUBENAS FLORENCE

Tout fait-divers émane d’un lieu, d’une ambiance, d’une étincelle qui fait basculer la monotonie des quotidiens dans le tragique, l’ombre de l’anonymat d’une campagne ou d’une vallée dans la lumière morbide des caméras et des regards curieux et inquisiteurs. La première réussite de Florence Aubenas relève de ce miracle de la littérature, de cette capacité quasi mystique à plonger le lecteur tout corps entier dans une atmosphère, dont le rendu transpire à chacune des pages, soulignant avec d’autant plus de génie la façon dont l’extraordinaire surgit de la banalité.

« L’inconnu de la poste » nous ramène à Montréal-la-Cluse, un lac, ses usines de plastique, ses montagnes alentours et son canevas de vies qui se tisse puis se déchire, une poignée d’existences tantôt rangées, tantôt tumultueuses, qui se brisent au contact les unes des autres.

Décembre 2008, au petit matin, Catherine Burgod, jeune quadra qui tient la petite agence de poste du village, fille d’une figure locale mais dont la vie est transparente, est tuée sur son lieu de travail de 28 coups de couteau. Montréal est en émoi, les journalistes et les foules de curieux affluent, et rapidement le village est suspendu à l’avancée de l’affaire. Mais d’avancée, il n’y a pas. Aucun témoin, aucune piste, et les rares suspects sont rapidement innocentés. Jusqu’à temps de mettre la main sur le coupable idéal …

Ce sera Gérald Thomassin. Lui n’est pas un « inconnu », il est un acteur césarisé pour son rôle dans Le Petit Criminel de Jacques Doillon en 1991. Enfant de la Ddass, que le heureux hasard d’un casting sauvage sortira un temps de la #misère, et pourtant incapable de se défaire de ses démons, l’alcool, la drogue, l’argent dilapidé, l’incapacité à poser pied à terre, il cochera toutes les cases, en bonne pièce rapportée du village, voisin de la petite poste, grande gueule sans que l’on sache réellement si c’est lui qui parle ou un personnage de film duquel il semble incapable de se défaire totalement.
Tout semble l’accuser, sauf les faits et les preuves … Même l’ADN le disculpe.
Et pourtant, la machine judiciaire est ainsi faite qu’elle ne le lâchera plus, jusqu’à ce que l’acteur finisse par disparaître lui-même en 2019.

Et c’est là que se dessine l’autre grande réussite de Florence Aubenas, restituer sans juger, rendre l’humanité par-delà la présomption, donner corps à la confrontation d’individus brisés et de systèmes qui s’entrechoquent, police, justice, presse et opinion publique, esquisser un jeu de miroirs entre la position de victime et le sentiment de culpabilité. Chacun sera légitime à s’ériger en victime car de coupable, il n’y a pas. Le coupable, c’est « l’inconnu de la poste », autour duquel se fracturent tant d’existences, déchirées de ne pas connaître la vérité.

Le récit s’entremêle des trajectoires multiples que dessine l’écrivaine, autant de portraits d’une justesse et d’une densité profondément bouleversants. En creux des destins croisés de Catherine et Thomassin que tout oppose en apparence, épicentres d’un drame dont les conséquences irradient sur un village entier, surgissent les vies fracturées d’un père détruit de ne pas avoir su protéger sa fille, d’un avocat qui rendra son dernier souffle d’avoir sacrifié sa vie à ses affaires, ou de marginaux toxicomanes qui, l’espace de quelques mois, semblaient avoir trouvé dans le fil d’une amitié une échappatoire à leur descente aux enfers.

Et puis, ces nombreux anonymes, comme il en existe tant, « le Futur-Ex », « le Nouveau », en somme le Monsieur-tout-le-monde, vous et moi, dont les vies rangées sombrent d’une seconde à l’autre dans l’horreur, devenues les curiosités malsaines du sensationnel que le storytelling du fait-divers tragique plaque sur les existences. Alors même que cette affaire sordide cristallisa autour d’elle le gratin, où l’on croise Dominique Besnehard, Béatrice Dalle ou Eric Dupond-Moretti, c’est à ces inconnus, ces gens ordinaires que Florence Aubenas s’intéresse, braquant le projecteur sur leur humanité et leur réalité nue.

Par une maîtrise de la forme et de la narration digne aussi bien des grands romans que des grandes enquêtes journalistiques (dont la presse est de plus en plus avare), et comme Laurence Lacour l'avait fait en son temps avec "Le bûcher des innocents" à propos de l'affaire Grégory Villemin, Florence Aubenas dénoue avec intelligence et sensibilité la complexité d’un réel multiple, extrait de la tragédie et de la noirceur ce qu’elles recèlent de lumineux en nous.

« L’inconnu de la poste » est un livre qui vous saute à la gorge dès la première page et ne vous lâche plus. Il est de ces chefs-d’oeuvre qui se lisent d’une traite, sans jamais cligner de l’oeil ni piquer du nez. Une réussite absolue à tout point de vue.

Alexis

LA REPUBLIQUE DES FAIBLES

favoriteBULTEAU GWENAEL

Une décharge sur les pentes de la Croix Rousse, à Lyon en 1898.

Un cadavre d'enfant décapité. Cet enfant est issu des milieux populaires où le commissaire Soubielle plongera pour comprendre le terrain de chasse du tueur.

En 1898 la 3ème République, qui se veut la République des faibles, est fragilisée par l'Affaire Dreyfus. A Lyon comme ailleurs les antisémites tentent de s'imposer, de même que les nationalistes ou les anti-républicains et les internationalistes socialistes commencent à s'organiser.

C'est au milieu de ce marigot tendu que le commissaire Soubielle nage comme il peut pour mener à bien son enquête.

Gwenael Bulteau signe un polar social et historique très réussi dans le monde méconnu de la classe ouvrière du 19eme.

Arnaud

LE BONHEUR EST AU FOND DU COUL

favoriteERRE J.M.

Humour noir et ironie garantis !

Prenez un bon anti-héros, qui vient de se faire larguer et se donne 12 heures pour se reprendre en main et récupérer sa copine, qui a des tendances suicidaires mais est résolu à tout pour tenter sa dernière chance. Ajoutez des voisins intrusifs et rigides, des livres de développement personnel, une plongée dans les méandres d'internet, des avis critiques sur notre société, la consommation, l'écologie, nos peurs et nos abus... Et vous obtenez un cocktail explosif.

Michel H. est résolu, et emporte le lecteur dans ses pensées loufoques.

C'est terrible et drôle, ça permet de lâcher les vannes.

Justine

AVANT ELLE

favoriteKRAWCZYK JOHANNA

Bouleversant, un beau choc littéraire.

Carmen est enseignante, elle a une petite fille et un mari. Mais Carmen a une personnalité borderline, tendance dépressive et alcoolique. Elle a du mal à tenir le fil. Et quand son père décède, elle croit se noyer. Pourtant elle fait une découverte : son père louait un garde-meuble, et dans celui-ci elle découvre un bureau; dans le bureau, une boite. Le passé s'ouvre à elle. À travers les journaux intimes de son père et des articles d'époque, elle découvre d'où venaient ses parents argentins. Qui étaient son père et sa mère, réfugiés ayant connu la guerre civile et le montée de la dictature, ce qu'ils ont vu, vécu, ce qu'ils ont fait...

Carmen s'engouffre avec désarroi dans ses pages, où elle trouvera amour et haine, et rencontrera sa véritable identité.

Justine

LA SACRIFIEE DU VERCORS

favoriteMEDELINE FRANCOIS

En Juillet 1944 l'armée allemande se lance à l'assaut des Maquis du Vercors avec l'opération Aktion Bettina. Une opération qui fera 800 victimes françaises.

En Septembre 1944, l'armée allemande n'est plus dans le Vercors, c'est le temps des règlements de compte, le temps de la chasse aux collabos, le temps de la rancoeur et celui de l'épuration. Même les résistants rescapés se déchirent entre eux : FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) et FTP (Francs-Tireurs et Partisans) ne s'apprécient pas particulièrement.

C'est dans ce contexte tendu de deuil et de suspicion que François Médéline place son roman.

Georges Duroy, ancien FTP de Lyon et commissaire de police près le délégué général à l'épuration est envoyé dans le Vercors pour transférer "La Baronne" Sarah Ehrlich. Le jour de son arrivée, Marie Valette, fille et fiancée de résistants est retrouvée violée, tondue et assassinée. Qui a osé s'en prendre à cette enfant du pays à la famille irréprochable ? Et pour quelle raison ?

Georges Duroy n'apprécie pas cette vindicte populaire qui se donne droit de justice en tondant les femmes, alors il enquête dans ce pays de taiseux.

François Médéline illustre avec ce roman une période méconnue du grand public que le roman national de la Libération a tendance à occulter. Il nous plonge dans le réel de l'Histoire et soulève une question importante : un héros, résistant de la 1ère heure, peut-il s'adonner à la barbarie ? A quel basculement de valeurs est-il soumis, pour en oublier les valeurs qu'il a longtemps défendues ?

TRESOR NATIONAL

favoriteECER SEDEF

Esra Zaman est une star du cinéma turc, sorte de Brigitte Bardot du Bosphore, une diva à l’aura chamanique dont le talent et la beauté irradient sur l’ensemble de la société, une comédienne flamboyante, une femme reine qui fit de sa vie un spectacle perpétuel et qui, à force d’appartenir à tout le monde, échappa surtout aux siens et à sa famille.

Tandis qu’elle se meurt en plein coup d’état en juillet 2016, celle que l’on considère comme le « trésor national » renoue sur son lit de mort avec sa fille, ignorée depuis de longues années, à qui elle demande d’écrire un discours, sorte de panégyrique pour des funérailles qu’elle espère grandioses.

Hülya, devenue Julya une fois installée à Paris, au travers d’un sac à souvenirs regorgeant de photos, d’objets, d’articles de presse, se prendra au jeu de reconstituer la mémoire de cette mère hors-du-commun, aussi pour tisser le canevas de sa propre histoire, emportant le lecteur dans une quête familiale qui se conjuguera très vite à la destinée d’un pays tout entier.

Pièce après pièce, nourrie par une écriture élégante et chaleureuse, Sedef Ecer met en place un jeu de miroirs bouleversant entre une mère et sa fille, elle restaure un dialogue rompu qui se recompose au fil de cette lettre d’amour qui s’esquisse sous les yeux du lecteur, mettant des mots sur les traumatismes passés, la perte du père, la célébrité, l’abandon, l’exil …

Mot après mot, tout au long d’un récit dont le rythme, accélérant progressivement, ménageant son suspense, finit par mobiliser totalement à lui le lecteur, Julya se confronte non seulement au souvenir d’une mère mais aussi à sa propre trajectoire et à son sentiment d’avoir renié ce qu’elle était, plongeant dans cette aventure comme pour mieux y puiser la force d’un retour aux sources salvateur. À travers ces portraits de femmes ordinaires, de tragédiennes, d’actrices, l’autrice dresse une ode à la liberté, et un texte résolument féministe.

Sedef Ecer offre ici un récit d’une puissance folle, mélange de pudeur et d’exaltation, parsemant son histoire d’anecdotes criantes de sincérité, livrant à travers le récit de ces deux femmes et de celles et ceux qui les entourent, à travers cette rétrospective d’un cinéma que l’on connaît finalement peu, une histoire de ce pays à part, au carrefour de l’Orient et de l’Occident, déchiré entre des influences et des cultures multiples et chaotiques, mais regorgeant de tant de richesses et de beautés qu’elles en débordent à chaque page.

Un trésor universel.

Alexis

AFFAMEE

favoriteLEILANI RAVEN

Edie est une jeune femme noire, new yorkaise, travaillant dans l'édition mais rêvant de se réaliser en tant qu'artiste, couchant avec à peu près tout le monde jusqu'à sa rencontre avec Eric, archiviste de bibliothèque dépressif, blanc, marié et plus âgé qu'elle, et qui, énamourée, se trouve enchevêtrée dans une relation inattendue et perturbante entre l'amant, la femme ayant consenti à un mariage ouvert et la fille adoptive, noire elle aussi, jeune adolescente de 12 ans un peu secrète.

Sous les traits d'Edie, Raven Leilani plante un miroir aussi juste que dérangeant d'une enfant du XXIème siècle, elle en esquisse un portrait protéiforme, déroulant avec audace et sensibilité les multiples tourments qui hantent une génération désabusée, naviguant entre ses différentes préoccupations, la "race" (dans son acceptation américaine), l'incertitude du lendemain, la précarité, le sexe, la mort etc.

Parce que noire, la vie est pour Eddie une succession de mécanismes de survie à apprendre dans un monde où elle est en permanence observée et surveillée. Parce que jeune, elle est utilisée par ses aînés, aussi bien socialement qu'économiquement et intimement. Parce que pauvre, ses boulots sont une succession de déceptions et d'humiliations, et les coups d'un soir qu'elle collectionne ne lui permettent même pas de lui ouvrir de portes, bien au contraire. Parce que femme, et alors qu'il est reproché (souvent par ceux qui ne voient dans la vague MeToo qu'un ressac de fureur et de ressentiment) aux jeunes filles d'exercer leur pouvoir sur les hommes plus âgés, elle se confronte à l'expiration rapide de ce pouvoir une fois celui-ci dépensé, transformé en la menace constante d'être utilisée, en une attente permanente et douloureuse irrémédiablement reformulée en désir.

Avec en filigrane l'obsession du sexe, omniprésent, autorisé à errer librement au milieu d'autres considérations, fussent-elles graves ou futiles, alors qu'il se consomme désormais comme n'importe quel autre produit, se commande sur une application de rencontre comme un burger sur Deliveroo, alors que les corps ne sont plus que des morceaux de viande que l'on sélectionne, que l'on utilise et que l'on jette.

Quelle place alors, dans une vie pleine de contrariétés, d'abandons, de déceptions et de colère, pour l'espoir et le rêve, celui d'une vie d'artiste derrière laquelle la jeune femme court, parce que peindre lui permet d'exprimer la douleur de la solitude ? Sans mentor ni véritable amie, sans personne pour l'encourager dans l'expression de son talent rare. Sauf à croire que tout peut advenir, parfois même dans les situations les plus inconcevables ...

Et puis il y a le style employé par la jeune autrice pour donner corps à ce personnage, audacieux et drôle, poétique et rythmé. Raven Leilani est une écrivaine revigorante et surprenante, qui joue avec la langue, lui confère une étrange beauté dans sa brutalité. L'écriture est une véritable mise à nu d'un personnage bouleversant de justesse, dont les pensées les plus insondables sont décortiquées, vagabondant de formulations chocs en digressions et restituées au lecteur avec spontanéité et crudité, tant et si bien que chaque micro-événement du quotidien peut revêtir autant d'importance que la plus grande des tragédies, et livrant ainsi un récit d'une profonde humanité.

On quitte "Affamée" avec émotion, l'impression d'une écoute, d'une confession d'un personnage du quotidien, celle d'une girl next door, cette fille croisée au hasard d'une rue ou d'un café dont on ignore les malheurs avec indifférence ou dédain jusqu'à temps qu'on lui adresse la parole et dont le charme opère irrésistiblement une fois notre attention portée à son histoire.

Raven Leilani signe, en guise de premier roman, un très, très, très grand livre, celui d'une génération dans l'approche de ses préoccupations mais universel dans la manière dont il les restitue. Un texte dingue, renforcé par la couverture soignée et percutante, semblant toute droit sortie d'une affiche de la blaxploitation, et première publication d'une nouvelle collection, "Vice caché", dont on pressent d'emblée qu'elle sera un coffre à trésors.

Alexis

ZOMBILLENIUM - TOME 5 - VENDRE

favoriteDE PINS

Le 5e tome est paru il y a peu...
C'est l'occasion de découvrir (ou de relire!) cette délicieuse série! Avis à ceux qui n'aiment pas les vampires, les morts-vivants, les fantômes et les squelettes...
Pas de crainte, ici le côté trash est tenu par les cordes du rire, et surtout par une intrigue qui vous tient en haleine. Ces bandes-dessinées se dévorent!

Zombillénium, c'est un parc d'attractions tenu et animé par des morts-vivants. En effet, tous les employés sont réels, leur physique et leurs pouvoirs étant pris par les humains pour des costumes... (mais non, tout est vrai!).
Agissent donc pour la plus grande joie du public des momies, loups-garous, et encore d'autres créatures étranges.

Aurélien, jeune homme qui vient de mourir et se trouve embauché malgré lui dans ce parc, se lie d'amitié avec Gretchen, sorcière stagiaire, qui semble être ici pour une mission secrète... Et lorsqu'un vampire envoyé par Behemoth survient dans le quotidien de Zombillénium, c'est la pagaille...
Son but : faire du chiffre, mais aussi obtenir des âmes pour rassasier le chef... S'ensuit alors une division des employés et un appel à la rébellion. Intrigue à l'humour décapant, au dessin original et moderne, aux personnages attachants;

Zombillénium est aussi une critique du monde du travail, de sa course au chiffre, de son potentiel de souffrance et ses méandres.

Addictif, drôle et ingénieux. Un vrai régal !

Justine

FLORIDA

favoriteBOURDEAUT OLIVIER

Par la voix d'une jeune femme devenue adulte, "Florida" raconte l'histoire d'une enfance brisée, délivrée tel un témoignage.

Elizabeth est la fille unique d'un couple d'Américains, vivant à Miami. Le jour de ses sept ans, sa mère va l'inscrire à un concours de ''mini-miss'', activité qu'elle finira par adopter, entraînant sa fille dans ses élucubrations.

Jusqu'à ses douze ans, Elizabeth sera sans cesse poussée à la compétition, maquillée, déguisée, surexposée sous le regard d'un père passif. L'enfant en souffrance s'en verra marquée pour le reste de sa vie, et cherchera plus tard à transformer son corps en quelque chose de '' monstrueux'' pour se venger du regard de sa mère.

Une histoire tragique racontée avec distance, sur fond d'humour noir, qui reflète encore une fois l'hybridité d'Olivier Bourdeaut dont l'écriture se transforme radicalement après "En Attendant Bojangles", véritable pépite onirique.

Ici, l'auteur nous livre un puissant roman révoltant, aux mots crus et aux pensées sordides mais qui n'en est pas moins drôle et addictif!

Camille

PRESQU-ILES

favoriteLESPOUX/LE CORRE

Coincée entre l'Estuaire de la Gironde, la très lointaine ville, les dunes et l'Océan Atlantique, c'est une région rude et humide où les pluies hivernales et la forêt infinie façonnent aussi bien les habitants que la nature .

Yan Lespoux nous invite à une découverte toute en finesse d'une ruralité fermée sur elle-même, où le premier noyé ouvre la saison touristique, où les coins à champignons sont si secrets qu'on préfère y mourir que d'appeler des secours et surtout : où l'on règle ses différents entre soi.

Malgré le grand écart géographique, l'ambiance de "Presqu'îles" n'est pas sans rappeler celle de "Ces gens-là" de Jacques Brel. Avec ce recueil de textes courts, Yan Lespoux assemble minutieusement une mosaïque sous forme de livre.

Du noir dont il est habitué (chroniqueur pour Alibi, la Revue "Sang-froid", "Marianne" et créateur du blog Encore du Noir) au vert profond des sapins et au gris océan, Yan Lespoux nous donne à lire un ouvrage tout en nuances. D'ailleurs Hervé Le Corre ne s'y est pas trompé puisqu'il signe une préface alléchante dans ce premier recueil de nouvelles de la toute dernière collection des éditions Agullo : Agullo Court.

Arnaud

LA SIRENE D-ISE

favoriteHADDAD HUBERT

Un récit poétique étrangement beau.

Hubert Haddad joue avec les sons, le style, les métaphores... On entre dans une atmosphère étrange, une sorte de conte en bord de mer, où l'on voyage sur le chant des mots et des flots, dans l'extase des sens. On suit Malgorne, enfant sourd et muet, né de Leeloo, qui fut internée pour folie dans le mystérieux hôpital des Descenderies.

Il grandira là, en bord de falaise, dans ce domaine éloigné de tout, et se verra confier la charge d'un jardin labyrinthique. Il rencontrera Peirdre, jeune fille dont le point commun est la solitude.

C'est un récit pour ceux qui aiment être bousculés, par l'écriture et la recherche stylistique, et sont amoureux de poésie et du voyage par les mots.

Justine

LA MER NOIRE DANS LES GRANDS L

favoriteLULU ANNIE

Un majestueux récit qui se construit autour de la narratrice, une femme enceinte, qui raconte à l’enfant qu’elle porte son parcours de vie et celui de sa famille. Nili a grandi en Roumanie, issue d’une union entre une femme roumaine et un étudiant Congolais.
Peu après sa naissance, son père retournera au Congo et elle n’en gardera plus aucune trace durant son enfance.

Nili va alors partir à la recherche de ce père absent, et revenir sur les traces de ses ailleuls. 


Un discours poétique et tragique qui, avec une voix bienveillante et maternelle, avertit sur le danger Humain, dénonce les horreurs de la colonisation, raconte la lutte pour l’émancipation et ses affres.

Ce conte initiatique est aussi un retour sur l’histoire congolaise, ses grandes figures de lutte, et la situation des femmes dans les pays sous-développés.

Annie Lulu livre un superbe premier roman riche d’informations toute en libérant le lecteur de la vision Européenne qu’il peut avoir face à la colonisation, et montre combien il est important de « ne pas quitter sa terre, lutter pour ses droits, revendiquer ses choix. »

Camille

HISTOIRES DE LA NUIT

favoriteMAUVIGNIER LAURENT

Une apnée. Une suffocation. Une course de fond.

Une tension qui s'empare du lecteur dès la première phrase, longue d'une trentaine de lignes éblouissantes, pour ne plus jamais le lâcher. 640 pages auxquelles nous nous agrippons, balisées par un rythme haletant dont la réussite repose sur un formidable paradoxe, celui d'un thriller dont le suspense permanent repose davantage sur le style littéraire que sur l'action elle-même.

L'histoire, son postulat de départ, ne révolutionne pas le genre. Un hameau, une famille, une voisine artiste, puis les lettres d'un corbeau qui viennent perturber le train-train quotidien. Un anniversaire, des rôdeurs puis la bascule dans l'horreur. Non, le génie est ailleurs.

"Histoires de la nuit" est affaire de langage, de digressions, d'émotions qui nous tenaillent tandis que les mots s'enchaînent dans une succession de phrases qui s'allongent sans jamais perdre en fluidité, au contraire, celles-ci s'imbriquent comme un puzzle destiné à plonger dans les méandres psychologiques des personnages et donner forme à un sentiment d'angoisse qui nous envahit sans jamais plus nous quitter.

Celui-ci explose tandis que deux hommes s'invitent à l'anniversaire de la mère de famille, Marion, sans y être invités. On pense instinctivement au "Funny games" de Michael Haneke, forcément. Mais là où la cruauté des protagonistes du thriller autrichien était gratuite et sadique, ces "histoires de la nuit" sonnent le réveil de vieilles rancoeurs, attisent le désir de vengeance, réunissent dans un huis-clos saisissant une somme d'humiliations rentrées qui se fracassent les unes les autres.

Toute l'élégance de la plume de Laurent Mauvignier, grâce à son phrasé ample et la musicalité de son écriture, est de fissurer les stéréotypes narratifs d'un genre éculé pour replacer au coeur des préoccupations sa poignée de personnages, leur humanité, leurs failles, leurs secrets, leurs salissures passées, leur quête de rédemption. Tout ici est articulé autour d'eux, Mauvignier ravive la vieille école du regard, s'attardant sur la description comme miroir des sensations de ses protagonistes.

Dans un monde où tout doit aller de plus en plus vite, où la culture, une série télé ou la littérature se consomme plus qu'elle ne se vit, Laurent Mauvignier fait un pari osé, celui de prendre le temps. "Histoires de la nuit" est une course d'endurance de laquelle on sort lessivé, à bout de souffle, mais convaincus d'avoir été traversés par l'émotion littéraire à l'état pur, dans la tradition de ce que celle-ci a produit de plus magistral, Faulkner, Lobo Antunes ou Joyce.

Ce livre est un coup de poing, de ceux que l'on cherche lorsque l'on pénètre dans une librairie.

Alexis

 

*******

 

Un roman noir écrit par une main de maître !

Au hameau de L'Écart-des-Trois-Filles-Seules, à La Bassée, on trouve seulement trois maisons : celle de la famille Bergogne, le père Patrice, la mère Marion et leur petite fille Ida ; dans la deuxième vit Christine, artiste jouant le rôle de tata poule pour Ida ; et la dernière maison est inoccupée. Le calme apparent en pleine campagne. Or, Christine reçoit régulièrement sous sa porte des lettres de menace. Mais qui peut bien venir les glisser jusqu'ici ? Et pourquoi ? Premier mystère.

Puis vient l'anniversaire de Marion, 40 ans, ça se fête ! Chacun y met du sien, se prépare à cette journée, pour sauver les apparences, sauver leur famille, malgré leurs non-dits, leur solitude à chacun, malgré leurs secrets personnels.

On sent la tension monter, tout doucement, petit à petit. On sent qu'une bombe est mise en place, prête à exploser... Mais pas tout de suite : plus tard. Une première brèche s'ouvre aux yeux du lecteurs, lorsque, le soir même de l'anniversaire, avant que tous soient revenus de la ville, deux hommes s'introduisent chez Christine.

Commence alors une lente prise d'otages, et un déferlement de questions dans la tête du lecteur : qui sont ces hommes ? Que veulent-ils ? Pourquoi venir jusqu'ici, dans ce trou perdu ? Pourquoi le jour de l'anniversaire de Marion précisément ?

On est hypnotisé, on ne lâche pas les lignes... 640 pages de frissons, nous tenant dans une terrible attente délicieuse, du début à la fin.

Justine

L-ANOMALIE

favoriteLE TELLIER HERVE

Qu'il s'agisse du cinéma ou des séries télévisées, l'avion s'est imposé ces dernières années comme un objet fictionnel particulièrement efficace, parfois pour le meilleur, souvent pour le pire, un incubateur à suspense et à mystères alimenté par des événements tragiques survenus récemment comme les attentats du 11 septembre 2001 ou la disparition du MH370 de la Malaysia Airlines.

La littérature ne pouvait échapper à la règle et voilà que, sous la plume d'Hervé Le Tellier, elle produit à son tour un récit de référence, particulièrement brillant dans sa construction comme dans l'originalité de son histoire. "L'anomalie" est un écho à l'oeuvre de Damon Lindelof, tête pensante de la série Lost puis créateur de The Leftovers.
A la première, il emprunte cette mosaïque de personnages inconnus les uns des autres dont le destin bascule communément dans les airs, alors que leur avion est victime d'un incident qui les désynchronise du monde.
De la seconde, il reproduit la sidération face à un événement inexplicable et la multiplicité des réactions, scientifiques, délirantes, religieuses, culturelles, qu'il génère pour tenter de rendre rationnel l'incompréhensible.

L'événement en question : un même avion, un même vol, les mêmes turbulences, les mêmes passagers qui apparaissent dans le même ciel à trois mois d'intervalle. Ramenés à terre, ils doivent faire face à leurs doubles, de trois mois leurs aînés. Comment réagir face à une forme de doppelgänger plus vrai que nature ? Chacun s'adapte, contraint de cohabiter avec soi, entre affrontement, complicité, haine ou amitié.

Quant à "l'anomalie" qui les a menés dans cette situation improbable, sa quête d'explication est l'occasion de plonger dans les arcanes du pouvoir et de la diplomatie, des sciences, de la religion et de la télévision, et d'y croiser quelques personnages inattendus, d'Emmanuel Macron à Stephen Colbert en passant par Elton John.

La grande force d'Hervé Le Tellier est de parvenir à susciter l'attachement à la destinée et au parcours de chacun de ses nombreux personnages en un nombre de pages restreint. On succombe devant la capacité de l'auteur à épouser leurs identités respectives pour reconstituer le puzzle de cet improbable incident, de cette "anomalie". Le tueur à gages sans pitié, l'avocate ambitieuse, l'architecte malade d'un amour impossible, la fillette violentée par son père, le pilote de ligne ignorant le cancer qui le ronge, la popstar nigérianne et même le double de l'auteur lui-même et cette mise en abyme du propre roman que l'on tient dans les mains, chacun prend corps sous la finesse et l'intelligence d'une plume érudite, pas avare de clins d'oeil, de références et de traits d'humour, pour donner vie à un roman protéiforme susceptible de plaire à tous les publics.

Entre le polar, la romance, la science-fiction, le drame psychologique, la comédie, l'uchronie (nous sommes dans un monde où Donald Trump a été réélu et continue à nous gratifier, pour notre plus grand bonheur, des saillies dont il a le secret, tandis que l'humanité semble définitivement débarrassée de ses masques chirurgicaux et de la #Covid pourtant bien mentionnée), "L'anomalie" est une oeuvre hybride, virtuose, inclassable, un roman pluriel, un triomphe de l'imaginaire hérité des oeuvres d'Italo Calvino ou José Saramago. Un OVNI, en somme.

Prix Goncourt, ce livre s'est imposé comme une évidence tant il combine de qualités narratives et esthétiques capables de fédérer toutes sortes de lectorats.

A lire absolument !

Alexis

MALGRE TOUT

favoriteJORDI LAFEBRE

Une bande-dessinée tout douce, à la fois emplie de mélancolie et débordante de vie, à déguster comme un bonbon acidulé.

Qui nous montre que l'amour n'est pas si simple qu'il en a l'air, mais que lorsqu'il apparaît il nous rode autour pour toujours. Zeno et Ana ont vécu une aventure, mais ils ont fait chacun leur vie de leur côté.
Zeno est un aventurier, chercheur scientifique et matelot, offrant son coeur à plusieurs femmes.
Ana est maire de sa ville, mère de Claudia et femme de Giuseppe. Elle a les pieds sur terre, pendant que Zeno vogue sur toutes les mers.

Pourtant ils s'écrivent, s'appellent, pense à l'un et l'autre... pendant presque 40 ans.

Jouant avec la symbolique du retour en arrière, la chronologie de cette histoire, se défilant à reculons, nous questionne : comment remonter le temps ? Comment s'aimer, malgré tout ?

C'est émouvant, c'est drôle, c'est beau !

Justine

LUMIERE D-ETE, PUIS VIENT LA N

favoriteSTEFANSSON J K.

Cette histoire est celles de quelques personnages, leur quotidien, leurs malheurs et leurs bonheurs, leurs rêves secrets, leurs peurs...

Quotidien rythmé par le ressac de la mer, par les moutons qui vont et viennent sur la lande, par l'été si court puis l'hiver si long. Par la venue de nouvelles personnes ou de nouvelles idées aussi. Dans ce petit village des fjords, le moindre détail est un événement qui s'immisce dans le quotidien si calme et si lent.

Dans une langue poétique et douce, l'auteur nous livre les "petits riens" de ces gens et à travers ces bribes de vie, le roman pose des questions existentielles sur l'Homme, et surtout nous émeut.

Justine

LES PROTEGES DE SAINTE KINGA

favoriteVOLTENAUER MARC

Quand l'inspecteur Auer est mobilisé sur la prise d'otage d'une classe d'adolescents dans la mine de sel de Bex (Bex, Vaud), il ne peut qu'imaginer la complexité de sa mission. Qui est Charlot, ce preneur d'otage assassin qui mime ses revendications ? Pourquoi les négociateurs n'ont-ils aucune prise sur Charlot ?

Et nous, lecteurs, pouvons-nous imaginer comment lier l'histoire d'Aaron Salzberg, mineur polonais arrivé à Bex au 19em à celle de Charlot ?

Marc Voltenauer signe un roman addictif au rythme soutenu et nous plonge dans l'attente intenable de la résolution avec une belle précision narrative.

Une réussite.

Arnaud

CE MATIN-LA

favoriteJOSSE GAELLE

Un matin, tout semble impossible, inaccessible. Clara se sent épuisée, vidée.
Cela lui tombe dessus comme une averse, sans prévenir. Impuissance, dépression, burn out. Son quotidien, sa vie bascule. Elle tente de démeler ses pensées, remonter le fil, comment en est-t-elle arrivée là.

L'atmosphère est étouffante, les pensées de Clara encerlent le lecteur : pas d'échappatoire possible ? Mais le corps et l'esprit se battent, demandent leur dû : ils veulent avancer, différemment peut-être, mais se relever, se reconstituer. Lentement, le vide se remplit de touches de lumières. Lentement, l'amitié et la nature réapparaissent, salvatrices, et viennent inonder de douceur ce que l'on croyait brisé.

Cette histoire questionne la fragilité des êtres, la course effrenée du quotidien et du travail, et nous offre une belle résilience.

Justine

LE DERNIER ENFANT

favoriteBESSON PHILIPPE

Un roman familial émouvant.

Le départ est source de chamboulement dans la vie des parents, surtout celui du dernier enfant. Quand Théo quitte le domicile familial, la vie est bouleversée. On suit les pensées de la mère, tout au long de cette journée de déménagement. On découvre avec melancolie, le coeur serré par l'émotion ou le détail, un amour maternel immense, qui doit laisser place a l'indépendance du fils.

Très touchant.

Justine

UN BREF INSTANT DE SPLENDEUR

favoriteVUONG OCEAN

Un beau premier roman, poignant et poétique, où la dureté des vies peut enfin être dite, l'écriture réconciliant les souvenirs : enfance, guerre et violence, amour.

Little Dog, le narrateur, écrit une longue lettre à sa mère, sur tout ce qu'il aurait aimé lui dire. Il raconte combien elle était dure avec lui, la guerre du Vietnam l'ayant traumatisée et endurcie; mais combien ils se sont aussi aimés et soutenu l'un l'autre.

Il raconte la force de cette femme, née d'une vietnamienne et d'un soldat américain, exilée, qui s'est battue pour vivre comme une américaine. Il raconte son adolescence, Little Dog, apprenant l'anglais, travaillant l'été pour récoltes de tabac, et puis son premier amour, Trevor, la joie et la peur d'aimer, aimer un garçon. Lui que sa mère voulait élever en effaçant toute différence, il doit assumer celle-ci.

Ce roman est un chant personnel, tragique et beau, le chant d'un enfant devenu un homme, qui écrit pour comprendre, et révéler.

Justine

CAROLE & CLARK

favoriteDULUC VINCENT

Parmi toutes les histoires d'amour qui ont écrit la légende d'Hollywood au fil des décennies, celle unissant Carole Lombard et Clark Gable garde une place à part, digne des scénarios les plus tragiques et des drames les plus bouleversants. Pendant quelques années, leur bonheur a irradié la capitale du cinéma, harmonieux, sincère, enthousiaste, avant de se briser en même temps que l'avion de l'actrice sur le flanc de la montagne, près de Las Vegas, trois ans seulement après leur union et alors qu'elle n'était âgée que de 33 ans.

Bien sûr, tout n'était pas toujours rose, et le bruit veut qu'ils se seraient disputés avant le voyage de l'actrice, très certainement au sujet des rumeurs d'infidélités de Gable, précipitant son envie de retour et sa mort. La rencontre de deux âmes errantes, étriquées dans des mariages qui ne leur conviennent pas et par les conventions, le mariage au terme d'un road-trip rendu secret, le ranch dans lequel ils s'installent, la mort de l'actrice, le chagrin de son époux, son espoir d'assister à un miracle, la tristesse qui l'accompagnera jusqu'à sa propre disparition, tout est abordé dans ce court roman d'une grande élégance qui, plutôt que de se vouloir l'hagiographie de deux gigantesques stars de l'histoire du cinéma, se révèle un hommage pudique, vibrant, lumineux rendu à un homme et une femme, à leur force de caractère et à leurs fragilités propres, et surtout à l'amour qui les unissait.

Sous la plume de Vincent Duluc, la légende Gable s'efface au profit de Clark, redevenu l'homme ordinaire, ses oreilles en feuilles de chou et ses dents écartées, le renvoyant le temps du vivant de son épouse dans l'ombre de celle-ci, comédienne merveilleuse mais surtout femme libre, insouciante, somptueuse mais volontiers grossière parce que déterminée à être l'égale de ces messieurs à Hollywood, usant sans cesse d'un bagou et d'une joie de vivre à toutes épreuves. Carole Lombard ne serait jamais l'objet décoratif d'un film, pas plus que l'accessoire de son mari. L'avion maudit dans lequel elle embarque en 1942 la ramenait d'une collecte de fonds destinée à soutenir l'effort de guerre américain ; on en attendait 500'000 dollars, elle en ramènera 2 millions, simplement parce qu'elle est Carole Lombard et que personne n'aurait pu faire mieux, pas même Monsieur.

En lui offrant le premier rôle de leur histoire, lui consacrant l'essentiel de la première moitié de son livre et quelques pages d'une grande beauté, traduisant avec émotion l'admiration qu'il portait sans doute lui-même à l'actrice, Vincent Duluc lui rend non seulement la place qui fut la sienne et que la légende aurait tendance à oublier, mais aussi sa part d'éternité, la trace laissée par une femme d'une immense modernité et que la littérature féministe contemporaine abandonne trop souvent aux oubliettes.

Car si l'on se souvient de tous de Clark Gable, éternel Rhett Butler de "Autant en emporte le vent", le play boy aux conquêtes multiples disparaît ici et ce n'est que dans le costume inconfortable de l'homme éploré et inconsolable qu'il prend véritablement corps, au crépuscule d'une vie qui se consumera dans le désespoir et les excès d'alcool et de cigarettes, à l'issue du tournage des "Désaxés" et de son duo ingérable avec Marilyn Monroe, comme si William Clark Gable ne pouvait exister véritablement sans Jane Alice Peters (aka Carole Lombard), uniquement s'ils étaient "Carole et Clark", le titre du livre, l'addition de deux prénoms plutôt que de noms de stars, valorisant mieux qu'il ne le fallait ce à quoi l'essentiel de cette vie se résume, un amour, un couple, une femme. Bien qu'il se soit marié deux fois après la mort de Carole Lombard, il ne quittera jamais le ranch dans lequel ils s'étaient tant aimés et c'est auprès de cette dernière qu'il sera enterré.

"Carole et Clark" aurait pu être une biographie parmi d'autres de deux étoiles du cinéma qui se sont adorées, déchirées, pleurées, réconciliées puis perdues. Il fallait une plume d'exception pour donner à cette histoire dont le tragique pourrait se suffire à lui-même le relief du roman, il fallait du coeur, du style, de la délicatesse pour hisser son ambition à la hauteur d'une passion extrême et dévorante et extirper des entrailles et de la mémoire des personnages les émotions qui les ont envahis, habités puis remués. Vincent Duluc, reporter au journal "L'Équipe", qui offre déjà chaque jour au football ses lettres de noblesse en dépit du mépris affirmé d'une certaine intelligentsia pour cet extraordinaire miroir des foules, capable par son seul talent d'écrivain d'enrober de passion et de lumière l'obscur 0-0 d'un Dijon-Lorient dans le huis-clos d'un confinement de novembre, rappelle ici son génie pour esquisser le portrait de personnalités iconoclastes, pour capter l'atmosphère d'une époque, d'un lieu, d'un contexte et pour la restituer avec une telle précision et une telle sensibilité que l'on s'y immerge avec une rare facilité et une délectation jubilatoire.

Déjà auteur il y a quelques années d'un roman fabuleux consacré à George Best, la plus grande rock star du football, aussi dingue, imprévisible et cathartique que Diego Maradona, le journaliste fait ici une infidélité à ses premières amours. Explorant des contrées inédites, il prouve que ses talents de conteurs d'histoires ne s'arrêtent pas aux portes d'Old Trafford ou de Geoffroy Guichard, et que sa capacité à raconter avec subtilité n'importe quel parcours hors-norme flirte avec ce que la littérature offre de meilleur, sa capacité à retranscrire le rêve et la lumière de ce qu'une histoire est en mesure de transmettre au lecteur, même dans ce qu'elle a de plus tragique.

Le premier grand roman de 2021.

Alexis

TU MARCHES AU BORD DU MONDE

favoriteBADEA ALEXANDRA

Fin des années 80, Bucarest est figée dans le formol du communisme et son crépuscule, la laideur glaciale des barres d'immeuble ayant remplacé statues, églises et monuments en tous genres et symboles d'un passé révolu.

Avec elle sombre dans la monotonie du quotidien et dans l'ennui d'études en marketing une jeune étudiante, qui voit ses rêves de Conservatoire s'effondrer et avec eux, l'ensemble d'une vie qui n'a désormais plus aucun sens, jusqu'au petit copain pourtant tant aimé, avec pour bande-son de ses désillusions le "No surprises" de Radiohead, chanson déprimante s'il en est. Le ton est donné.

C'est le début de l'errance et d'une quête d'identité qui la mènera de fuites en exils, et de territoires en amours, loin de sa Roumanie natale, de Paris à Pátzcuaro en passant par Amsterdam, Tokyo ou le Congo. Et c'est alors que le roman s'illumine, au fil des rencontres qui exaltent, au contact de langues nouvelles qui s'explorent et s'apprivoisent, de cultures qui s'additionnent pour offrir à l'héroïne la stabilité tant espérée dans un monde en décomposition.

Le tour de force d'Alexandra Badea réside dans sa capacité à mêler, aussi bien dans son récit que dans son écriture, la douceur et la candeur adolescente d'une jeune fille égarée à la mâturité brute et déterminée de l'adulte en devenir. L'emploi de "tu" tout au long de ce roman - qui peut désemparer le lecteur le temps des premières pages avant d'imposer le rythme avec une musicalité d'une grande élégance - résonne ainsi comme le dialogue intérieur d'une personnalité plurielle, tantôt complice tantôt réprobatrice, nourrie par la confrontation au temps et à ses aventures.

La transmission de l'expérience, des langues et des émotions est au coeur aussi bien de l'histoire racontée que de l'écriture d'Alexandra Badea. Elle-même est roumaine mais écrit en français, et c'est une prouesse tant la maîtrise de la langue est pure et chirurgicale, décortiquant les émotions avec une justesse d'une grande délicatesse.

Une odyssée bouleversante, une plongée dans les méandres d'une jeunesse désabusée, aux échos aussi intemporels que contemporains, un voyage initiatique comme un récit d'apprentissage aux belles choses de la vie, à l'amour, à la danse, au plaisir, à la jouissance, en contrepoids d'un univers toujours plus délesté de ses repères.

Une envolée littéraire pleine d'espoir, de force et de lumière.

Alexis

LE TRAIN DES ENFANTS

favoriteARDONE VIOLA

En Italie d'après-guerre, à l'initiative du parti communiste, des ''trains des enfants'' sont mis en place pour faire voyager des petits Napolitains vivant dans la misère et les placer dans des familles d'accueil au Nord de l'Italie afin de les requinquer.

Le petit Ameritto est l'un de ces enfants. Ce petit garcon a grandi seul avec une mère distante et froide, un père absent qu'il n'a jamais connu. Pendant des années il a ramassé des chiffons, '' compté des bâtons'' sur ses cahiers à l'école et joué avec son meilleur ami, Tomasitto, avec la faim qui creuse le ventre et des chaussures trouées. Mais Ameritto sera placé dans ce train par sa mère, sous la protection de la bonne Maddalena, chargée de faire voyager les enfants. La tristesse au ventre, il va traverser l'Italie seul pour se retrouver dans une famille d'accueil chaleureuse qui a pour chef un homme moustachu et se rend à des réunions de syndicat. Cette famille va le choyer et l'aimer comme l'un des leurs, là bas il découvrira la passion de sa vie : le violon.

Une histoire poignante calquée sur un fait historique oublié, où le petit Ameritto comme d'autres petits enfants Italiens de son cas se trouve déchiré par l'amour qu'il porte à deux mères, deux familles, deux mondes, deux classes. C'est un petit garcon qui mène une vie divisée en deux, mais qui malgré ouvre grand son cœur et raconte avec naïveté ce que c'est que d'être un enfant tiré de la misère, en Italie.

Viola Ardone parvient à captiver son lecteur, par sa plume naive qui rappelle Salinger, et les états d'âme d'un enfant qui apprend la vie, tout en se plaignant de ne pas avoir '' la science en infusions'' celui-ci découvre les douceurs de l'enfance. C'est un roman bouleversant, qui noue des nœuds dans la gorge et fait vibrer le cœur.

Un véritable trésor.

Camille

SANG ET STUPRE AU LYCEE

favoriteACKER KATHY

Posez-vous la question de ce que vous attendez de la littérature.
Le confort d'une histoire, parfois paisible, parfois douloureuse, balisée par des repères esthétiques et narratifs qui nous rassurent, nous apaisent ou nous réjouissent ?
Ou alors l'expérience. Le vertige, le plaisir douteux d'une écriture éclatée, sinueuse et torturée, portée par une voix unique et incandescente, ayant marqué l'histoire de cet art si exaltant en le remuant depuis ses souterrains ?

"Sang et stupre au lycée" est de ces expériences dont on se souvient, pour peu que l'on soit prêt à prendre des coups aux tripes et s'en trouver à genoux.


Kathy Acker signe l'un des romans cultes de la littérature de l'underground américain des années 80, oscillant entre héritage punk et jalons posés pour le mouvement grunge qui émergerait quelques années plus tard dans le sillage des groupes Nirvana et Pearl Jam, ou de l'autre écrivaine majeure des bas-fonds, Heather Lewis et son "Règlement". Avec ce livre, la romancière s'imposera comme l'une des rares héritières féminines de la Beat Generation, elle qui vouait un culte à Burroughs.

Janey Smith, orpheline de mère, laissée seule avec son père incestueux, part pour New York où elle fera l'expérience de l'avortement, des MST, de l'esclavage sexuel et de la prostitution, le tout sur fond de punk rock, avant la libération et un voyage vers Tanger où elle fera la rencontre de Jean Genet. Tous deux connaîtront la prison. Et puis vint la mort et, enfin, les rêves ...

Interdit dans plusieurs pays (dont l'Allemagne) à sa sortie, ce roman est un extrême, le miroir d'une violence résiduelle, celle qui nous habite comme celle à laquelle nous nous confrontons, il est une errance dans les fantasmes, les peurs et les frustrations adolescentes, mais il se dispense des pudeurs de principe, des élégances de façade et des éléments de précaution.

C'est une bombe que Kathy Acker lâcha en 1984 dans la littérature, éparpillée façon puzzle, recomposée par bribes pour accoucher d'un objet unique, un hymne féministe, une sorte de journal intime habité par un humour noir ravageur et mêlant récit, théâtre, jeux typographiques, envolées poétiques, calligraphie persane, dessins pornographiques, délires extralucides et passages franchement glauques, qui se plaisent à flirter avec le scandale, pour mieux nous interroger sur notre rapport au monde, à la littérature et sa violence.

Bien sûr, certains le trouveront agaçant, peut-être même ignoble, mais d'autres le trouveront génial. "Sang et stupre au lycée" est un mythe de l'irrévérence, de l'inventivité et de l'impertinence, il est une rébellion spontanée, une radicalité onirique, un roman d'apprentissage qui admet la face obscure de l'humanité et la regarde dans les yeux.

Il est un risque à prendre pour le lecteur de se confronter à ce que la littérature offre de plus tortueux, parfois, pour mieux être saisi d'une émotion qu'aucune autre oeuvre n'est en mesure de procurer. C'est un saut dans le vide, mais aussi un grand souffle de vie, un shoot d'adrénaline, un tour de manège que l'on voudrait sans fin.

Il faut remercier les éditions Laurence Viallet pour leur audace et leur engagement à publier un texte qui n'était plus disponible en France pendant longtemps, et à Claro d'en offrir une traduction que lui seul, sans nul doute, était à même de retranscrire avec tant de coeur et de fidélité.

Alexis

LES VAGUES REVIENNENT TOUJOURS

favoriteBONNOT XAVIER-MARIE

"Le Baron", ex flic de la Criminelle de Marseille passe sa retraite entre son bateau et sa sympathique prof de violon.

Lorsqu'il apprend le suicide d'une des femmes de sa vie, psychiatre de métier, il n'y croit pas alors il enquête : il remonte les traces laissées par Thalia. Celle-ci était très engagée dans l'aide aux migrants en Méditerranée, quitte à se mettre à dos la nébuleuse des milices d'extrême droite européennes. A la lecture du carnet de notes de Thalia, Le Baron découvrira qu'elle suivait Amira, une jeune réfugiée syrienne sur les routes de l'exil.

De l'enfer de Raqqa au camps de la honte de Moria à Lesbos, en passant par un mariage forcé à 15 ans, le parcours d'Amira est le fil rouge ténu suivi par Le Baron.

Il y a 4 personnages importants dans ce roman : Michel De Palma alias "Le Baron", Thalia, Amira et... Mare Nostrum. Mare nostrum "notre mer" chère à la Rome Antique qui la dominait, cette Méditerranée qui fait lien entre tous les pays qui la bordent.

La Méditerranée est un pays, avec ses routes, ses malheurs, ses voyageurs, ses cimetières, son soleil, ses malfrats, ses femmes et hommes d'honneurs... et ses laissés pour compte.

Xavier-Marie Bonnot connaît bien ce pays liquide, il ne laisse rien ni personne au bord de la route. S'il rend hommage aux "gens d'honneurs" il met aussi le doigt là où ça fait mal et ne manque pas de nous rappeler nos responsabilités de citoyens.

Arnaud

TRAVERSER LA NUIT

favoriteLE CORRE HERVE

Il y a Louise, la trentaine, déjà toute cassée, ex alcoolique, ex toxico, mère célibataire et son ex-compagnon pervers narcissique et violent.
Il y a Sam, 8 ans, le fils de Louise. Trop petit pour comprendre la détresse de sa mère ? Bien assez grand pour voir la violence de son ex-beau-père ?
Sam est le seul soleil de Louise dans la noirceur de sa vie.
Il y a Jourdan, flic triste à mourir, qui ne sait plus dire à sa femme et à sa fille combien il les aime, mélancolique et aigri, borderline, qui ne vit plus que pour la noirceur de son métier.
Il y a Christian, auteur de féminicides en série, sa vie pourrie par une mère perverse et ultra possessive, sa fuite dans l'armée, soldat souffrant de Troubles du stress post-traumatique qui n'expliquent ni ne pardonnent rien et surtout pas la noirceur de son âme.
Et il y a la nuit, la nuit noire et glauque de chacune de ces vies qui vont se croiser, se frôler, s'entre-choquer desquelles il sort un roman dont la finesse augmente l'âpreté et la densité.

Hervé Le Corre nous sert un roman plus noir et plus serré qu'un ristretto, mais tout aussi addictif.

Arnaud

FEMMES - ET NOS PENSEES AU FIL

favoriteSILVA PAULINA

"Je veux offrir une vision à la fois intime, empirique et partagée de ce qui nous passe par la tête lorsque nous cessons d'être des petites filles et grandissons, nous transformons".

Paulina Silva illustre de façon sublime les questionnements féminins. Elle nous plonge dans un univers tout doux au travers de ses planches accompagnées de poésie traduite avec brio par Véronique Massenot.

On se retrouve à la fois petite fille confrontée à la beauté des questionnements enfantins, femme face à sa force et son pouvoir, mais aussi femme déchirée, vieillie et songeuse.

Un véritable bijou, une ode à la féminité et à la vie.

Camille

LA SOMME DE NOS FOLIES

favoriteKOW SHIH-LI

Vitaminé !

Des personnages cherchant à se reconstruire, formant une famille loufoque et touchante.

Entre traditions et mondialisation, malheurs et joies, c'est une Malaisie haute en couleurs qui est décrite, avec humour et poésie.

Justine

LE TAMPOGRAPHE - CHRONIQUES DE

favoriteSARDON VINCENT

Connaissez-vous Le Tampographe Sardon ?

Cet artisan du tampon encreur qui créé ses propres tampons toujours décalés, souvent irrévérencieux, parfois étranges est un drôle de phénomène.

Amateurs d'humour grinçant ce livre est pour vous.

Arnaud

CE QU-IL FAUT DE NUIT

favoritePETITMANGIN LAURENT

Un père élève seul ses deux fils après la mort de sa femme. Il s'y prend comme il peut, comme la Moman aurait certainement fait ! Mais son aîné glisse irrémédiablement vers le FN et vers un drame sans qu'il ne puisse rien faire.

Noir et tendre à la fois.

Frédéric

BREUVAGES BLUFFANTS - LAIT, BI

favoriteKAYSER-BRIL NICOLAS

L'histoire de nos boissons préférées présentée sous forme humoristique mais aux sources toujours justes et vérifiées.

Savez-vous depuis quand on boit de l'eau sans risques ?
Connaissez-vous l'histoire de la consommation du lait ?
Avez-vous une idée des conséquences de l'ajout du houblon dans la bière ?
Connaissez-vous l'histoire sociale du vin ?
Savez-vous pourquoi il n'y a pas de différence entre le thé et la tisane en Allemagne ?

Nouriturfu, éditeur d'ouvrages gastronomico-culturels, sort avec Nicolas Kayser-Bril un ouvrage passionnant qui se lit comme du petit lait.

Arnaud

NOS ANNEES POULIDOR

favoriteBOUVET PHILIPPE

Commentée, critiquée ou conspuée des jours durant, la sentence du maire de Lyon Grégory Doucet à propos du Tour de France "machiste et polluant" avait valeur d'orage au-dessus d'une compétition à laquelle beaucoup n'auront alors de cesse de rappeler leur attachement.

Le livre de Philippe Bouvet, sorti quelques jours avant ce discours lapidaire, n'est pas tant une réponse sur le bilan des émissions carbone produites par le Tour ou le traitement que celui-ci réserve aux femmes, qu'un rappel de la dimension métapolitique d'un événement qui dépasse largement le cadre du sport ou des querelles de chapelles politiciennes.

A travers la figure de Raymond Poulidor, l'ancien grand reporter du journal "L'Equipe" livre la photographie sociétale d'une France qui, en filigrane des exploits et des échecs de son champion maudit, se trouvera toujours tiraillée entre archaïsme et modernité jusqu'à aujourd'hui. Philippe Bouvet convoque la figure intemporelle de Poupou, incarnation de cette France des "territoires", dont la rivalité avec Jacques Anquetil symbolisera longtemps l'opposition entre la ruralité et la ville, et dont les propos de l'édile lyonnais ne sont qu'une illustration supplémentaire.

S'il n'a jamais endossé le maillot jaune de toute sa carrière, Poulidor aurait sans doute pu revêtir le gilet jaune, idole des oubliés, des gens de l'ombre, d'une certaine idée de l'obstination, du courage, du travail et d'une culture. Philippe Bouvet, en racontant le champion cycliste, rend hommage à un pays, son héritage, ses habitants, ses territoires, ceux qu'admirent chaque année quelques millions de téléspectateurs au travers des exploits sportifs (ou devant lesquels certains en profitent pour faire la sieste) et pour qui toucher au Tour de France même pour de bonnes raisons, c'est toucher à un peu d'eux-mêmes.

Mais ce qui marque surtout dans ce livre, c'est la plume de Philippe Bouvet, écrivain lumineux, de cette classe des journalistes sportifs méprisés parce que le tout-venant s'imagine qu'ils sont les rebuts de la profession, qu'il y a peu de noblesse à accorder de l'importance à ces forçats de la route, des stades ou des parquets, mais dont chaque phrase, en réalité, est une formule qui claque, et illumine le récit, dans les traces d'Antoine Blondin, géant parmi les géants.

Rendue jubilatoire grâce au talent d'écriture de son auteur, cette lecture est un doudou, une madeleine de Proust, éveillant des souvenirs émus chez le fanatique de vélo comme chez les autres, qui trouveront au fil de ces pages tantôt une musique, tantôt une région, un comédien, une chanteuse, un combat politique, une émission de télé, un plat, une route qui leur rappelleront leur jeunesse, leurs parents, leurs grand-parents, leur histoire tout simplement, la leur et celle de leur pays, celle du Tour de France, bien sûr polluant, bien sûr machiste à certains égards, mais surtout symbole de la permanence d'une culture séculaire et de ses sentiments forcément contrariés qu'il s'agit d'interroger plutôt que de balayer.

Alexis

RETOUR A MARTHA-S VINEYARD

favoriteRUSSO RICHARD

Trois amis, Lincoln, Teddy et Mickey se retrouvent à soixante-six ans sur l'île de Martha's Vineyard. Amis de longue date, ils étaient boursiers dans la chic Université de Minerva et avaient comme devise "Un pour tous, tous pour un".

Le quatrième mousquetaire, Jacy, dont ils étaient tous les trois amoureux, avait disparue après leur dernière réunion tous les quatre sur l'île en 1971.

Réunis sur cette île des années plus tard sur une proposition de Lincoln qui souhaite vendre la maison de sa mère, ils vont s'interroger sur cette disparition. Qu'est-elle devenue ? Est-elle encore en vie ?

Un roman sur l'amitié, sur la différence, les mensonges, avec comme toile de fond les Etats-Unis des années 1970, avec la guerre du Vietnam, l'alcool, la drogue et le rock.

Marie

QUE SUR TOI SE LAMENTE LE TIGR

favoriteMALFATTO EMILIENNE

Un texte puissant, aux allures d'une tragédie antique.

Dans ce récit polyphonique, chaque personnage donne son point de vue face au malheur qui tombe sur la famille, et chacun sait qu'il va être poussé par une force qui le dépasse, selon sa position irrémédiable. Les frères, la belle-soeur, la mère, l'amant et la jeune fille : chacun dit son désespoir mais ne pourra empêcher le drame.

La jeune fille a eu une relation sexuelle avec son amant, la veille de son départ pour le combat. Le drame, c'est qu'elle tombe enceinte, et que lui tombe sous les bombes. Dans cette famille irakienne où l'honneur décide de tout, cet honneur appliqué par les hommes, l'enfant que porte cette femme est signe de malédiction.

Comme un cri de désespoir face au poids d'une tradition extrême, les pages alternent avec la voix du Tigre, fleuve personnifié, qui dresse le constat amer de sa blessure infligée par les peuples au fil des époques.

Une écriture poétique et tranchante comme une lame aiguisée.

Blandine et Justine

ARENE

favoriteDJAVADI NEGAR

Benjamin Grossman travaille pour BeCurrent, une plateforme américaine diffusant des séries à des millions d'abonnés.

Venant d'un milieu modeste il se persuade qu'il a réussi sa vie jusqu'à ce qu'un petit grain de sable vienne faire basculer sa vie et celle de nombreuse autres personnes. La perte d'un portable, un règlement de compte, une policière donnant un coup de pieds dans le cadavre d'un jeune homme, le prenant pour un migrant à déloger, une jeune fille qui filme la scène et la diffuse sur les réseaux sociaux...

Un petit oubli qui de fil en aiguille va faire s'enflammer l'est parisien. Un roman bien ficelé, qui monte en puissance et dénonce les danger des réseaux sociaux et de la vengeance.

Marie

L-ACCIDENT DE CHASSE

favoriteCARLSON/BLAIR

Un roman graphique épatant !

Sous la plume magnifique de Landis Blair, on plonge dans un univers noir et blanc au dessin travaillé avec finesse. Une première pour les éditions Sonatine, cette publication est une belle réussite, autant graphique que littéraire.

Lorsqu'il perd sa mère, Charlie Rizzo retourne vivre chez son père, Matt, qu'il n'a pas vu depuis des années. Celui-ci est aveugle, écrivain et amoureux du jazz. Entre les deux commence une cohabitation, mais sans complicité. Charlie grandit, et à l'adolescence se fait enrôler dans une bande de jeunes voyous... Matt Rizzo ne trouve qu'une alternative pour que son fils change : lui raconter son propre vécu, l'aveu de « l'accident de chasse » l'ayant rendu aveugle (en réalité un casse ayant mal tourné) et les méandres de son passé : des années en prison, où la littérature l'a sauvé.

Inspiré d'un fait divers, cette histoire est bouleversante et pleine d'humanité. C'est aussi l'histoire d'une amitié particulière. Elle nous rappelle le pouvoir de la littérature : espoir, vie, rédemption.

Justine

LE BAL DES PORCS

favoriteSOLTESZ ARPAD

Connaissez-vous le "Joli Petit Pays sous la Minuscule Chaîne de Hautes Montagnes" ?

C'est un pays quelque part à l'Est de l'Europe aux 5 frontières si poreuses et si rentables à qui sait les exploiter. Imaginez un pays où les centres de désintoxications hébergent des bordels pédophiles.

Imaginez un pays où les luttes de pouvoirs politiques ne sont que manipulations mafieuses.
Imaginez un pays où la justice est un os que les familles mafieuses se disputent à grands coups d'intimidations et de meurtres.
Enfin, imaginez un pays où l'on assassine les journalistes "trop curieux". C'est son pays que décrit Arpad Soltesz dans ce roman.

Arpad Soltsz est journaliste d'investigation. Il a créé le premier centre de journalisme indépendant de Slovaquie : le Centre d'investigation Jan Kuciak Investigatívne centrum Jána Kuciaka, en hommage à son collègue journaliste "trop curieux" assassiné alors qu'il enquêtait sur la corruption.

Après une première réussite avec "Il était une fois dans l'Est" Árpád Soltész et Agullo Editions persistent et signent ; c'est à un voyage dans le glauque qu'ils nous convient.

Un roman noir qui a tout d'un reportage.

Arnaud

JE SUIS LA BETE

favoriteDONAERA/POILVET

La littérature, autant que le cinéma et les séries télé croulent sous les représentations du crime organisé, autant d'oeuvres géniales flirtant parfois avec l'eshétisation de ces mondes en marge.

Le premier roman d'Andrea Donaera, centré sur la Sacra Corona Unita, nous plonge la tête la première dans ce que cette mafia des Pouilles a de plus sale, anxiogène et violent. Les mots, le ton rageur, le rythme haletant, saccadé, presque suffoquant d'un récit qui ne laisse aucun répit, sont autant d'uppercuts qui entraîne le lecteur, groggy, dans les entrailles du pire.

Placer "Je suis la bête" dans la lignée d'oeuvres comme "Les Soprano", "Le Parrain" ou les histoires de Roberto Saviano ne serait pas lui rendre justice. Il est avant tout un livre sur la douleur, la souffrance d'un père face à la perte d'un fils suicidé, sa rage de vengeance, son besoin viscéral de mettre la main sur un responsable pour donner un sens à ce geste désespéré. Ce sera la jeune Nicole, rendue coupable d'avoir éconduit l'adolescent et alors enlevée et séquestrée.

Se dessine alors sous nos yeux une réunion d'âmes en peine alternant les points de vue, les voix qui se multiplient et s'entrecroisent pour donner corps à l'histoire et son tragique, esquisser la folie de Mimi, le père, sa dérive irraisonnée de bête blessée, mais aussi le surgissement de la part d'ombre qui sommeille en chacun. La "bête" a différents visages. Elle change de peau, de voix, d'expression. Jusqu'à la scène finale et une ultime transformation dont on ne révélera rien ici.

Il y a dans ce roman terrible une beauté indicible. Sans doute l'amour, qui se révèle aussi beau que déstructeur. "Je suis la bête" est une folie. Vous n'aurez jamais rien lu de tel.

Alexis

AVANT LES DIAMANTS

favoriteMAISONS DOMINIQUE

Un producteur raté recruté par l'armée, financé par la mafia, des jeunes femmes espérant devenir actrices qui acceptent l'emprise des producteurs pendant que d'autres deviennent prostituées, des personnages hauts en couleur !

Un roman addictif sur le cinéma hollywoodien des années 1950.

Marie

LE DIT DU MISTRAL

favoriteMAK-BOUCHARD OLIVIER

Au cœur de la Provence, dans le Luberon, un vieux monsieur fait appel à son voisin pour venir voir sa découverte sous son muret qui s'est éboulé après un soir d'orage: des morceaux de poterie. Ils vont alors s'improviser en archéologues, début d'une aventure qui va bouleverser leur vie.

Un roman faisant hommage au Lubéron, à Mistral, Giono et Bosco, empreint de légendes, de couleurs et de saveurs du sud.

Marie

CE LIEN ENTRE NOUS

favoriteJOY DAVID

Caroline du Nord, les Appalaches, étendues de terres sauvages. Darl Moody, alors qu'il braconne en forêt de nuit, tire sur ce qu'il croit être un animal.

En s'approchant de sa proie, il découvre avec effroi un homme, étendu mort. Darl, désespéré, demande à son ami Calvin Hooper de l'aider pour cacher ce secret, enterrer le corps. Mais le frère du défunt, Dwayne Brewer, connu dans la région pour sa violence, va tout faire pour retrouver la trace de son frère... Famille, trahison, pardon, jusqu'où les liens sont-ils assez solides ?...

Une traque sans merci, où chacun tente de sauver sa partie. « L’empathie, ce n’est pas se tenir au-dessus d’un trou en disant qu’on comprend, l’empathie, c’est avoir soi-même été dans ce trou."

Justine

BROADWAY

favoriteCARO FABRICE

On rit à chaque page !

Lorsqu'Alex, 46 ans, reçoit dans son courrier une enveloppe bleue pour le dépistage du cancer colorectal, c'est pour lui le début d'un questionnement existentiel... Il n'a pourtant pas encore 50ans ! Est-ce une erreur que ce courrier ? Est-ce une prémonition ?

Il prend surtout conscience de son âge, et se questionne sur sa vie. Il se sent décalé par rapport à sa famille, ses voisins, ses obligations quotidiennes, et se demande comment il en est arrivé là. Et le récit prend des allures de comédie musicale de Broadway, où Alex tente de jouer son rôle.

Personnage maladroit, mélancolique ou burlesque, Alex vous fera rire en toutes circonstances. Assurément, une fois de plus, Fabrice Caro nous offre du rire à l'état pur.

Justine et Frédéric

ALGER, RUE DES BANANIERS

favoriteCOMMENGE BEATRICE

Souvenirs d'enfance, histoire familiale, Histoire complexe de la France et l'Algérie pendant cent-trente ans, ce roman retrace l'enfance insouciante de Béatrice jusqu'à ses douze ans, en 1962, la rue des bananiers dans laquelle elle jouait et ces années troubles qui "n'étaient pas la guerre", malgré les bombes, malgré les morts.

Un roman à la fois doux des souvenirs d'une enfant et dur d'un conflit complexe et profond.

« Dans le village où je passe mes vacances, personne ne sait à quoi ressemble le 91e département français. Ils savent seulement que là-bas des bombes explosent parfois dans les cafés, que la nuit il y a un couvre-feu et que des soldats meurent dans des embuscades. De ce côté-ci de la mer, ils lisent les journaux, ils retiennent les chiffres. Ils savent qu'il y a eu quatre mille attentats en 1956 et seulement mille quatre cents en 1957. Ils me disent qu'à ma place, ils auraient peur. Pourquoi n'ai-je pas peur ? Parce que j'ignore les chiffres. Moi, je ne connais que les rues, les escaliers, les cinémas, les néfliers, les orangers, la lumière du ciel. Et parce que je n'ai jamais vu un mort. »

Marie

LES SORTANTS

favoriteBROCARD VERONIQUE

C'est le résultat de 2 ans et demi de patience, de rencontres et d'entretiens que Véronique Brocard nous donne à lire dans cette exceptionnelle enquête.

Après avoir suivi de nombreux procès de terroristes à la 16ème chambre correctionnelle de Paris, Véronique Brocard s'est posée la question logique de l'après condamnation, celle de la sortie des condamné.e.s jugé.e.s pour activités terroristes et de la préparation de ces sorties.

Véronique Brocart a été autorisée à s'entretenir avec des directeurs de prisons, des gardiens, des psychologues, des éducateurs et des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation, ainsi qu'avec des détenu.e.s ou ex-détenu.e.s.

C'est à une plongée dans monde complexe et aux fonctionnements particuliers qu'elle nous invite. On y découvre une population très hétérogène qui exige des équipes pluridisciplinaires particulièrement formées et motivées.

Véronique Brocard est grand reporter, journaliste indépendante d'investigation, elle a notamment travaillé pour Libération, Le Monde ou Télérama.

Arnaud

SUCCESSION

favoriteCARGNELUTTI PATRICK

Le Kimbavu, un pays quelque part aux alentours du Togo, du Gabon et de la République démocratique du Congo est un pays claquemuré sous le joug d'un dictateur vénal, paranoïaque...et en fin de vie, en fin de règne. Personne d'y entre, personne n'en sort sans son accord.

MMK, une entreprise française d'import-export de bois, est la seule entreprise étrangère autorisée sur le territoire. MMK c'est trois associés : un entrepreneur malin un peu naïf et actionnaire majoritaire, un élu rural qui rêve de députation à n'importe quel prix et surtout un barbouze pervers et complètement tropicalisé qui "facilite" les relations en jouant le jeux de la dictature au point de monter et financer une milice illuminée à l' iboga.

2012 en France, les élections présidentielles approchent. Un candidat venu de nul part est en marche vers la victoire. Il a de grandes vues pour ce pays qui a les mêmes richesses que ses voisins et compte bien utiliser MMK en cheval de Troies. Les parties sont en place, que la curée commence.

Si on peut douter qu'il existe des conflits de basse intensité, il est certain qu'il existe des livres de haute intensité, et celui-ci en est un.

Préparez-vous à une lecture entre apnée et hyper-ventilation.

Arnaud

KODJO

favoriteANNAS MAX

Kodjo est ghanéen et sous-vit à Berlin.

Avant d'être un invisible trop visible, un sans papier, Kodjo était historien au ghana.

Kodjo est un athlète, il court. Et quand il ne court pas pour le plaisir, il court pour éviter les contrôles de police, il court pour fuir.

Kodjo sous-vit à Berlin où il est obligé de coucher avec une vieille bourgeoise riche et esseulée en échange de nuits sûres dans un lit sûr.

Kodjo sous-vit à Berlin dans un squat où il doit rester discret. Un soir, de la fenêtre de son squat, il est témoin de l'assassinat d'une prostituée dans l'immeuble d'en face. Kodjo le sait, il doit resté discret, il ne doit pas aller voir si elle est vraiment morte, il ne doit pas essayer de rattraper l'homme, il ne doit pas tenter de l'identifier, il ne doit être vu de personne.

Mais Kodjo va voir, et Kodjo est vu.

De témoin il devient suspect. Alors Kodjo enquête, sa seule façon de se disculper. Mais enquêter, alors qu'on est sans papier est une gageure.

Berlin n'est pas que la ville des arts et de la fête. Berlin n'est pas seulement "Cheap but sexy". Le Berlin des migrants est une ville de misère, d'entre-aide, de fuites et de peurs. C'est dans un Berlin et un monde méconnu que Max Annas nous plonge avec brio, où la fuite est une règle de vie.

Et Kodjo court...

Arnaud

ANATOMIE DE L-AMANT DE MA FEMM

favoriteRUPERT RAPHAEL

Drôle, déjanté, original !

Raphaël, anciennement architecte, voulant devenir écrivain, marié lui même à Laetita, une écrivaine, découvre un secret bouleversant en tombant sur le journal intime de sa femme : celle-ci l'a trompé, avec un certain Léon, en ayant visiblement, une plus grosse que lui.

Bouleversé, Raphaël est décidé à mener son enquête. Et tout en tentant d'écrire son roman (qui prendra des allures tragico-burlesques avec un pétomane SS sous la Seconde Guerre Mondiale), Raphaël s'imagine Léon, y pense chaque jour, et réfléchit au sexe, à l'importance du sexe, dans la vie, pour l'écriture, l'inspiration, dans le couple, et pour soi-même.

Le sexe semble être au centre de tout. Qui plus est, après l'affront de la découverte de la tromperie, le visant lui-même, il est bien déterminé à questionner le thème sousn toutes les coutures.

Alternant entre références littéraires et réflexions critiques sur l'écriture, et réflexions sexuelles absurdes (ou pas, à vous de voir !), c'est un livre qui nous surprend, qui nous fait rire et tout de même, le tour est bien joué.

Justine

HISTOIRE DU FILS

favoriteLAFON MARIE-HELENE

L'auteure nous invite à découvrir la généalogie d'une famille, sur 3 générations, car l'histoire du fils n'est pas seulement celle d'André; c'est aussi celle de sa mère Gabrielle, parisienne qu'il ne voit presque jamais, celle de son père inconnu, le frère décédé trop tôt de celui-ci, ou encore la tante Hélène et les autres de la campagne, qui élèvent André, enfant chéri à leur yeux et choyé par tous...

À travers la plume délicate et enveloppante de Marie-Hélène Lafon les méandres familiaux prennent vie et nous enrobent : deuil, amour, naissances; les liens se font et se défont, et nous racontent l'histoire de vies entremêlées, l'histoire d'une famille et des régions qu'elle habite, dans le Lot, le Cantal, ou encore Paris.

Justine

PERMAFROST

favoriteBALTASAR EVA

Un récit intime, où la narratrice se raconte, comme une délivrance.

Dépressive aux pensées suicidaires, mais pourtant pleine de vie et d'humour, cette jeune femme nous livre ses pensées, ses amours érotiques avec d'autres femmes, le décalage de sa vie par rapport à la moyenne, à sa soeur, aux autres femmes dont elle se sent si éloignée de leur quotidien, sa passion pour les livres dans lesquels elle se réfugie...

Elle se découvrira contre toute attente un lien familial qui la sortira de sa léthargie et fera naître en elle un nouveau souffle de vie.

Un récit biographique plein d'une ironie fine et d'une sensiblité extrême. Un personnage très attachant, qui remet en question les devoirs envers la société, et se cherche une tranquillité, une liberté et la possibilité d'être elle même.

Justine

TROIS CHEMINS VERS LA MER - ON

favoriteBILDOEN BRIT

La vie d'une femme, à 3 époques.

Celle qui voulait adopter un enfant, et essuyait refus après refus, bataillant contre l'État. Celle qui est devenue harceleuse de l'"État", cet homme de loi qui leur a refusé l'adoption, la faisant tomber dans la folie. Celle qui guérit au bord de la mer, et qui travaille au laboratoire ornithologique, qui s'est coupée de son passé et de ses connaissances. Qui trouve enfin la paix, auprès des oiseaux, de son chien, de la nature, de la chaleur de son foyer et des nouvelles rencontres.

Un récit réconfortant malgré le drame, une langue poétique et douce.

Justine

LE SEL DE TOUS LES OUBLIS

favoriteKHADRA YASMINA

Adem est professeur des écoles. Il mène une vie paisible jusqu'à ce que sa femme le quitte pour son amant. Effondré, il va alors prendre la route sans but précis et mener une vie d'errance. Entamant une odyssée semblable à celle d'un Don Quichotte des temps modernes, il croisera la route de toutes sortes de personnages loufoques, hauts en couleurs qui questionnent sur la vertu humaine : les failles de chacun peuvent-elles à tout moment refaire surface ?

Camille

L-ANGE ROUGE

favoriteMEDELINE FRANCOIS

Quand un cadavre crucifié, émasculé, au visage écorché et au corps embelli d'une magnifique orchidée peinte descend la Saône sur une barque et fait une entrée christique dans Lyon, c'est à l'équipe du Commandant Alain Dubak que revient l'enquête.

L'équipe de Dubak c'est 6 flics aussi différents que complémentaires dont les membres principaux sont Dubak, Véro la procédurière -mère aimante d'un enfant handicapé- et qui tente de rester droite quoiqu'il arrive, et Mamy la N°2, ex-championne de boxe dont la boulimie aux bonbons Haribo est un véritable "stressomètre".

Dubak est un ancien de la brigade des stups où il était multitoxicomane. Depuis qu'il a quitté les stups il est sobre et abstinent. Dubak se laissera halluciner par des retours d'acide particulièrement sombres et paradoxalement éclairants. Avec son équipe il plongera dans une enquête complexe, harcelé par une hiérarchie ambivalente et trop pressée :
"Vite et propre", tel est le leitmotiv comminatoire et contradictoire.

Il n'y a jamais de baisse de tension dans cet ouvrage. Quand le style est apaisé, les faits sont terribles et quand l'écriture est stroboscopique la tension est extrême.

François Médéline nous donne à lire un roman très sombre, écrit au scalpel et dont la scansion est parfaitement maîtrisée. Puisqu'il s'agit du premier opus d'une série policière consacrée aux enquêtes d'un groupe de flics lyonnais, on est très impatients de lire la suite.

Arnaud

RUSE

favoriteNAULLEAU ERIC

Entre l'étiquette d'acolyte de l'ennemi médiatique numéro 1 collée sur le front et la cible dans le dos que lui assure sa réputation de critique implacable, maniant l'éloge et la démolition avec un talent certain depuis des années, c'est en terrain miné, forcément, que s'avance Eric Naulleau au moment de soumettre à évaluation son premier roman, que quelques règlements de compte et vengeances froides ne manqueront pas d'éreinter autant par principe que par paresse.

Histoire d'assurer ses arrières dans cette entreprise périlleuse, l'animateur de "Ça balance à Paris" ou "Balance Ton Post - Ça continue" se réfugie dans des contrées familières et réconfortantes, parsemant son roman de quelques références au football, au milieu littéraire parisien qu'il se plaît à moquer ou à la Bulgarie, forcément, toile de fond de cette histoire aux confins du polar et du road-trip sentimental, devenu son pays d'adoption dans les années 80 et dont il traduira et éditera une partie de la littérature.

Dans l'atmosphère peu engageante de l'ancienne république du Bloc de l'Est, Eric Naulleau tisse un postulat de départ classique, sans révolution, celui des représailles d'une strip-teaseuse qui quitte le club dont elle vient d'être virée sans sommation en fauchant quelques billets et des photos compromettantes. Réfugiée chez son ex, intello français un peu largué, elle se voit contrainte de renouer avec lui pour fuir à travers le pays les gros bras lancés à leurs trousses.

Mais de ces photos volées et de leur contenu sulfureux, du scandale politique qu'elles sont en mesure de déclencher, noeud de cette histoire et qui justifient à elles seules la traque qui s'organise derrière Deliana et Serge, il sera finalement peu question. L'ombre de la mort qui pourchasse les anciens amants n'est qu'un prétexte à souffler sur les braises d'une romance pas tout-à-fait éteinte.
Le sang, la sueur et les larmes, mais aussi le périple dans les grands espaces bulgares, les montagnes sinueuses et les rues de Ruse (prononcer "Roussé"), servent en réalité de canevas au huis-clos d'un couple défait qui, de jeux de séduction inavoués en dialogues sarcastiques, renoue avec sa destinée.

Ainsi, "Ruse" surprend avant tout dans son rythme, alternant entre l'énergie et la nervosité du thriller d'un côté, et la contemplation littéraire et digressive de l'autre, nous trimballant avec agilité entre échappées belles dans les paysages bulgares et plongées dans l'intime des personnages. L'histoire, concise et taillée à la serpe, se nourrit ainsi d'un sens aiguisé de la description, destiné à esquisser le puzzle d'une intrigue qui se referme en chapitres courts, donnant forme à une lecture qui se dévore d'une traite et avec délectation.

"Ruse" est un livre protéiforme, à l'intersection de genres et d'influences multiples. Eric Naulleau convoque à sa table la noirceur glaçante de Sidney Lumet (saluons ici Sean Connery dans son meilleur rôle dans le méconnu "The Offense), les valses de Robert Musil entre narration et digression métaphysique, Samuel Fuller et son obsession de la vérité brute des bas-fonds, ou Georges Simenon et son goût des intrigues simples nourries par des décors et des personnages forts. Et puis, il y a la figure tutélaire, l'homme de Ruse, Elias Canetti dont le génie plane sur la ville comme sur il flotte sur le livre et la plume de son auteur, dont la fascination pour l'oeuvre éparpillée transpire avec émotion tout au long de ces 200 pages.

Sans esbrouffe ni crainte des vagues, Eric Naulleau plonge avec assurance dans le grand bain de la littérature française. "Ruse" se révèle une vraie réussite d'écriture et de narration, avec son histoire énergique et palpitante nourrie par une langue travaillée, qui doit se lire comme tel et que quiconque pourra apprécier dès lors qu'il saura se dégager des parasites susceptibles d'altérer son jugement.

Alexis

LE SOUFFLE DE LA NUIT

favoriteGALIEN ALEXANDRE

Un premier flic est assassiné, à l'autopsie on découvre en lui une poupée vaudoue. Un deuxième cadavre de flic est découvert profané de la même façon.

On fait appel au commandant Valmy, flic traumatisé et "placardisé" au Nigéria. Valmy enquêtera dans les milieux de la prostitution nigériane, où les filles sont enchaînées par des grisgris aussi protecteurs qu'asservissants.

Hanté par sa dérive nigériane et par ses démons de flic fatigué, Valmy découvrira des arcanes dont il ignore tout.

Alexandre Galien lève le voile sur voir un monde dont on ne sait rien. La soumission des prostituées à des pouvoirs magiques qui font fi des distances, l'appel du sang exigé par des divinités dont on ignore tout et la façon dont certains s'en servent sont autant d'aliénations avec lesquels Alexandre Galien construit un roman rouge-sang et noir-nuit.

Arnaud

PUTZI

favoriteSNEGAROFF THOMAS

"Putzi" est l'histoire vraie d'un enchevêtrement de paradoxes. Celui d'un homme surnommé "petit bonhomme" (Putzi) pourtant colosse de deux mètres de haut qui finira architecte de l'une des entreprises les plus monstrueuses de l'histoire de l'humanité.

Allemand par son père, américain par sa mère, il rêve d'une alliance entre ses deux pays de coeur. Un soir de 1922, à la brasserie Kindlkeller de Munich, il est frappé par la grâce, voyant se dessiner sous ses yeux l'incarnation vivante de son idéal, le chef du parti national-socialiste des travailleurs allemands, un certain Adolf Hitler, son aura dévastatrice, sa force oratoire et ses mots qui résonnent dans son esprit comme autant d'uppercuts. Voilà que Putzi venait de trouver celui sortirait le monde de l'ornière ! Le sauveur !

Bientôt, une amitié indéfectible (pensait-il) prendrait corps. Habité par la musique, pianiste virtuose, Putzi se liera corps et âme à celui qui deviendrait chancelier dix ans plus tard, réunis par une passion commune pour Wagner. Il est celui qui permet à Hitler d'intégrer les hautes sphères bavaroises, qui deviendra en retour le parrain de son fils. Il récolte des fonds permettant de financer le parti. Il est l'oreille attentive, le conseiller de premier plan, le seul à oser lui suggérer le ridicule de sa petite moustache. Sa femme, dit-on, est celle qui empêcha le dictateur en herbe de se suicider après le putsch manqué de 1923.

Obsédé à l'idée de fédérer l'Allemagne nazie en gestation et les Etats-Unis où l'antisémitisme fermente plus qu'on ne l'imagine, convaincu du besoin de modérer la radicalité des idéaux d'Hitler, Putzi se heurtera à un mur et à l'absence totale d'empathie de son mentor. Voilà qu'il vivra le triomphe du parti en marge de l'Histoire, ses missions réduites à portions congrues, empêché par l'ascension inarrêtable de Goebbels dont l'inimitié est viscérale et la perversité sans limites d'Hitler. La suite est une série d'humilitations, d'exils, d'espoirs énamourés qui transpercent la monstruosité d'un système génocidaire à coups de sentiments humains qui font de ce Putzi, Ernst Hanfstaegel de son vrai nom, un personnage insaisissable, lui qui finira, une fois emprisonné au Canada pendant la guerre, par devenir le principal informateur de Roosevelt sur la psychologie du Führer.

Il fallait alors un talent d'écrivain hors-norme pour délier avec autant de justesse, de pudeur et d'intelligence le noeud de complexités qui étreignent l'un des principaux penseurs du nazisme. Thomas Snégaroff que l'on connaissait spécialiste des Etats-Unis et chroniqueur brillant dans le C Politique de France 5, livre ce qu'il convient d'appeler un chef-d'oeuvre, une réussite littéraire époustouflante, un travail hybride remarquable aux frontières de la biographie historique et du romanesque.

Tout est vrai, résultat d'un travail de recherches abouti et maîtrisé, mais Thomas Snégaroff saupoudre le réel de la dose d'imaginaire nécessaire pour rendre le récit haletant et lui offrir un rythme pénétrant et hypnotique. Chaque phrase, chaque mot, chaque virgule est habitée d'une faculté singulière de l'auteur à se plonger dans la psyché tortueuse de son sujet, à tomber le seul masque de la barbarie pour révéler les failles et les tourments d'un homme, le tragique pathétique de sa loyauté à toute épreuve et pourtant piétinée, son avidité aux honneurs et à la reconnaissance d'un chef, sa disgrâce, son exil. Putzi et ce qu'en écrit Thomas Snégaroff est par ailleurs un miroir extraordinaire de son époque, le défilé ininterrompu des grands de ce monde, où l'on croise pêle-mêle Louis II de Bavière, Thomas Mann, Carl Jung, Winston Churchill, Wagner, Sissi et de nombreux seconds rôles dont on découvre stupéfaits les accointances et les liens insoupçonnés.

Lisez ce "Putzi", c'est une claque monumentale, une profonde émotion de lecture ! La grande Histoire et les petites histoires qui s'emmêlent, s'épousent et se racontent comme on aimerait que ce soit plus souvent le cas.

Alexis

 

ROY COHN - L-AVOCAT DU DIABLE

favoriteCORBE PHILIPPE

L'Histoire est affaire de poupées russes. Elle dissimule derrière ses événements marquants et ses personnages emblématiques des seconds rôles, parfois méconnus, souvent oubliés mais dont l'influence dépasse presque toujours celle des figures retenues par les livres d'histoire et la mémoire collective. Roy Cohn est de ceux-là et, livrant enfin de cet avocat aussi brillant que maléfique la biographie française qu'il méritait, le journaliste Philippe Corbé le replace au centre de l'échiquier.

L'histoire de Cohn, c'est l'histoire de l'Amérique contemporaine, le miroir de ce géant aux pieds d'argile dont la puissance et la gloire sont gonflées à l'esbroufe, à la spéculation et au mensonge.

Si le livre se dévore avec autant de délectation qu'un roman, ce n'est pas seulement dû aux qualités d'écrivain lumineux de son auteur, c'est parce que son personnage semble tout droit sorti d'un film de Scorsese ou d'un livre de Tom Wolfe. Roy Cohn est d'abord une gueule, défigurée par une cicatrice infligée par sa mère et qui lui balafre le nez puis des liftings à répétition, et un art certain du cabotinage et de la vanité. En bon Gatsby, l'homme organise des soirées grandioses lors desquelles le tout New York aime s'afficher, il parade dans sa Rolls, ordonnant à son chauffeur de griller les feux rouges, il fanfaronne sur son yacht qu'il finira par couler pour toucher l'assurance. Homosexuel, il conspue publiquement "ces gens-là", "ces pédés hystériques", rappelant ce que Frédéric Martel révélait déjà de l'église catholique dans son "Sodoma", à savoir que l'homophobie la plus crasse masque très souvent l'homosexualité la plus refoulée.
Mais Cohn est aussi l'avocat sombre et pourri jusqu'à la moelle, supposé être le garant de la loi mais qui fricote avec la mafia, oeuvre d'intimidations, de malhonnêtetés, use de stratagèmes pervers destinés à détruire ses adversaires, s'arrange pour désigner lui-même les procureurs et les juges amenés à instruire les affaires qu'il mène.

Et à la fin, il gagne. Toujours.

Et dans son sillage, ses amis, dont les noms dressent un panorama ahurissant, quasi complet de l'Amérique des 80 dernières années. Acolyte du sénateur McCarthy dans sa chasse aux rouges et d'Edgar Hoover, patron emblématique du FBI, ennemi juré de Robert Kennedy, adoubé par la Famille Genovese et la Cosa Nostra new-yorkaise, admirateur du roi déchu d'Angleterre Edouard VIII et ses accointances nazies, proche du syndicaliste Jimmy Hoffa, ami de Sinatra, Andy Warhol, Norman Mailer, Richard Nixon et de la grande prêtresse de la télévision Barbara Walters, complice du millardaire Rupert Murdoch qu'il introduit aux Etats-Unis, architecte de l'élection de Reagan, il est surtout celui qui aura fabriqué la créature Donald Trump, façonnée à son image, programmée pour régner sur New York et sur le monde, lui permettant de construire une tour à son nom sur la cinquième avenue ou de figurer dans le mythique classement Forbes des plus grandes fortunes américaines alors que l'opulence du promoteur immobilier est surtout affaire de bluff.

Rongé par le sida comme son amant, Cohn placera ce dernier dans l'un des hôtels possédés par Trump pour qu'il puisse y vivre ses derniers jours. Après sa mort, Trump ne manquera pas d'adresser la facture de la chambre à son ami avocat. Paroxysme du cynisme qui ne s'avère être que le reflet de ce que le maître a transmis a l'élève. Cohn aura créé monstre pire que lui, désormais installé à la Maison Blanche.

Et que reste-t-il alors de "l'avocat du diable", trente-cinq ans après sa mort ? Beaucoup de choses. "Il est ici. Là. Partout. Tout le temps. Il a gagné. Il est au pouvoir" écrit Philippe Corbé.
A ce dernier, il faut dire merci d'avoir mis en lumière et avec autant de talent (écriture rythmée, formules qui claquent, documentation minutieuse etc.) l'une des personnalités les plus sombres et prééminentes de notre histoire contemporaine, rappelant que celle-ci s'écrit avant tout dans l'ombre et les souterrains qu'il nous faut explorer sans cesse.

Alexis

LIRE LES MORTS

favoriteROSS JACOB

Le jeune Michaël Digson, dont la mère est mystérieusement morte dans une manifestation et dont le père absent est un personnage trop connu de l'île de Camaho, est témoin d'une agression alors qu'il est occupé à zoner en ville.

Chilman, vieux flic bourru aux méthodes iconoclastes, interroge ce témoin honnête et à l'esprit vif et décide de l'intégrer à son équipe. Chilman sait tout de son île, il sait qui est qui, il connaît les réseaux d'influences... et il sait que Digson ne résistera pas à enquêter sur la mort de sa mère. Mais avant de l'y autoriser il le charge d'élucider d'anciennes affaires de disparitions inquiétantes.

Michaël Digson va s'y plonger corps et âme.

Macho-cratie, féminicides, viols, pédophilie, églises parallèles aux agissements sectaires... Michaël découvre l'envers du décors de son île.

Jacob Ross est originaire de l'Île de la Grenade et vit en Angleterre. L'Île de Camaho est imaginaire, même si on peut penser qu'elle est fortement inspirée de la Grenade.

Autant polar social que roman d'investigation "Lire les morts" est une réussite où le travail sur la langue, le créole grenadien, est remarquable.

Arnaud

SATURNE

favoriteCHICHE SARAH

Le poids insupportable d'une histoire familiale engendre t-il immanquablement une dépression ? Ce roman en deux temps, une histoire de famille pour la première partie et une description juste et en profondeur d'une descente vers le vide ne peut nous laisser indifférent.

Frédéric

 

Un livre puissant où la mélancolie, l'amour et la folie sont rois. « De Saturne, astre immobile, froid, très éloigné du Soleil, on dit que c'est la planète de l'automne et de la mélancolie. Mais Saturne est peut-être aussi l'autre nom du lieu de l'écriture – le seul où je puisse habiter.»;

ainsi parle la narratrice, jeune femme vouée à l'écriture, son seul mat auquel se raccrocher, au cœur de la tempête qu'est sa vie, sa famille : un père disparu trop tôt, une mère qui frise la folie, des ancêtres qui se sont jalousé argent, beauté, ambition. En effet, famille de médecins, exilés d'Algérie, cette famille connut son heure de gloire ; pourtant les deux frères se sont jalousés toute leur vie, et Harry a connu la maladie. Malgré cela, c'est aussi l'histoire d'amour explosif et beau entre Harry et sa femme, la mère de l'écrivaine.

Justine

CHAVIRER

favoriteLAFON LOLA

Un livre qui vous attrape et ne vous lâche plus, qui laisse mûrir en vous sa terrible dénonciation.

C'est l'histoire de Cléo, et de toute celles à être passées par l'association Galatée, qui ont été "repérées" à l'âge de 13 ou 15 ans, pour leur passion, leur talent, qui ont du faire preuve de "maturité" pour obtenir une bourse, en vue d'intégrer des écoles ou obtenir des contrats pour être artistes professionnelles... Association qui en réalité profitait de la naïveté de ses jeunes filles, et par laquelle il y eut des abus sexuels.

C'est une histoire qui questionne avec puissance l'oubli, le pardon, la soif de "réussir", la difficulté de dire. C'est aussi une insertion dans le milieu de la danse : les entrainements intenses et les blessures, les costumes, les spectacles, les médias, comment se faire une place et comment vivre d'une passion. Quand un appel à témoins est lancé des années plus tard, Cléo adulte replonge dans ses souvenirs d'adolescence.

Entre passé et présent, le roman oscille entre les points de vue d'une femme adolescente, l'autre adulte, et celles et ceux qui ont compté dans sa vie.

Un texte poignant, troublant, touchant.

Justine

MERE A MERE

favoriteMAGONA/TADJO

La narratrice, Mandisa, s'adresse à la mère d'une jeune blanche tuée dans le township de Guguletu dans la banlieue du Cap en Afrique du Sud, par son propre fils. A travers son histoire, elle raconte comment ce meurtre a pu être commis.

Dans ce récit émouvant et percutant nous découvrons le parcours difficile d'une femme, devenue mère bien trop jeune, comme beaucoup d'autre jeunes filles de son entourage, son amour pour son fils dans toute sa complexité, la ségrégation de la population noire, les mouvements d'opposition des jeunes qui agitent les townships et renforcent le fossé creusé entre Blancs et Noirs.

Bouleversant!

Marie

FILLE

favoriteLAURENS CAMILLE

Laurence nait en 1959 dans une famille dans laquelle les femmes n'ont pas leur mot à dire. Son père répond à la question "Vous avez des enfants?" par "Non j'ai deux filles". Abusée par un oncle, elle aura le devoir de se taire car le linge sale se lave en famille. Nous la suivons dans son enfance, son adolescence, sa maternité...

A travers sa vie nous découvrons les changements d'époque, de mentalités mais également tout ce qui est devenu lieu commun dans notre langage et qui n'est pourtant pas acceptable, avec humour et finesse.

Marie

LE TEMPS GAGNE

favoriteENTHOVEN RAPHAEL

Nul n'ignore le parcours de Raphaël Enthoven, le philosophe germanopratin le plus médiatique du PAF dont les emphases fascinent autant qu'elles agacent, si bien que son entrée fracassante dans le paysage romanesque pouvait laisser craindre un texte ampoulé et boursouflé.

Il n'en est rien.

Et si la presse ou les réseaux sociaux retiendront avec paresse de ces 528 pages la bombe à retardement que constitue cette autofiction, flinguant à vue quelques figures médiatiques et intellectuelles, le lecteur se délectera lui d'un texte brillant au parfum (forcément) proustien et sa plâtrée de madeleines, la grand-mère Poupette, la Comtesse de Ségur, les premiers livres ou Sylvester Stallone et son boxeur Rocky, "le grand frère" qu'il n'a jamais eu et dont l'évocation du manque constitue l'un des sommets d'émotion du livre.

Parce que l'on ne se refait pas, Raphaël Enthoven parsème son roman de pansements philosophiques jamais superflus, venus couvrir les plaies encore béantes d'une enfance tourmentée, décharnant au scalpel les contours de son existence pour en tirer la substantifique moelle, merveilleusement universelle.

Les premières pages sont une tornade, une tornade de coups infligés à un enfant, mais aussi une tornade de mots portés au lecteur dont celui-ci ne se relèvera qu'une fois ce pavé englouti, succession de courts chapitres qui se lisent d'une traite tant l'écriture est remarquable, le rythme frénétique et le récit captivant.

L'esthétique éminemment littéraire, l'oeil farouchement drôle et cynique que l'auteur pose sur les autres comme sur lui-même, font de ce "temps gagné" un bonheur inattendu de lecture et un incontournable de cette rentrée, bien au-delà des polémiques et des règlements de compte.

Alexis

L-ENFANT CELESTE

favoriteSIMONNOT MAUD

Mary et son fils Célian décident de partir en vacances improvisées sur une iîe légendaire de la Baltique où a vécu Tycho Brahe, astronome mystérieux ayant redessiné la carte du ciel et imaginé un nouvel observatoire céleste.

Mary guérira de sa rupture amoureuse; Célian, garçon introverti, s’ouvrira au monde grâce à la nature et aux histoires de cette île.

Entre histoires scientifiques et douceurs maritimes, cette relation fusionnelle entre mère et fils est comme un cocon, une liberté volée à leur quotidien, leur échappatoire pour un nouveau départ.

Justine

AGE TENDRE

favoriteBEAUVAIS CLEMENTINE

Valentin, jeune garçon angoissé souhaite réaliser son service civique dans une médiathèque. Pas de chance ! Valentin doit réaliser son service civique dans un centre pour personnes atteintes d'Alzheimer. Les patients croient que nous vivons dans les années 60 !

Pour sa première mission Valentin doit annoncer à travers une lettre que Françoise Hardy ne viendra pas chanter pour une patiente mais tout est bouleversé lorsqu'il envoie une lettre à cette patiente adorable où il lui annonce que Françoise Hardy viendra chanter pour elle au mois de juillet. Valentin doit trouver un sosie de Françoise Hardy lui ressemblant dans les années yéyé !

Durant son année de service civique Valentin va évoluer, s'ouvrir aux membres de sa famille, s'attacher aux au centre et à ses compagnons de serci.

Un roman drôle, attachant où l'art et l'amitié sont au centre de ce livre !

Manon

LA PROIE

favoriteMEYER DEON

Johnson Johnson, un ancien du service de protection des VIP du gouvernement sud-africain, est retrouvé mort écrasé contre un pylône ferroviaire sur le passage du Rovos Rail, le train le plus luxueux du monde.

C'est à Benny Griessel et son partenaire Vaughan Cupido qu'incombe l' enquête. Au fur et à mesure de l'avancée de leurs investigations tout se complique : aucun élément ne colle, "on" leur met des bâtons dans les roues, les Services Secrets tournent autour du dossier et les morts s'accumulent multipliant les pistes.

Parallèlement, à Bordeaux, Daniel Darret tente de rester dans l'anonymat. Son vrai nom est Tobela Mpayipheli, il a été un membre actif de la Lutte : sniper formé par les Russes pour l'ANC de Nelson Mandela. Il est contacté par un ancien compagnon de lutte pour un dernier contrat, en France.

Sur fond de société en déliquescence, de cleptocratie et d'espionnage, Deon Meyer signe un roman policier à plusieurs étages : thriller politique, enquête policière et roman d'espionnage. Il pose la question de l'héritage des luttes où certains anciens combattants parvenus au pouvoir se servent dans les caisses de l'Etat, quand d'autres restent intègrent et se battent contre la perte de leur Isithunzi (dignité, respect, considération en zoulou).

Un très bon Deon Meyer.

Beloha

KARIBA

favoriteCLARKE

Un émerveillement.

Siku, une jeune fille habitant avec son père sur les rives du fleuve Zambèze situé en Afrique, est restée au village tandis que son père est parti travailler avec d'autres ouvriers sur la construction d'un barrage imaginé par les européens pour apporter l'électricité dans la vallée.

Le fleuve de la vallée de Kariba, porteur de légendes et d'un secret, bouleversera l'avenir de Siku qui est intimement liée à ce dernier.

Une belle découverte d'une légende africaine avec des dessins qui émerveillera les petits et les grands lecteurs.

Manon

JE SUIS TA NUIT

favoriteLE BORGNE LOIC

Captivant !

Dans un petit village breton Pierre et ses copains accueillent dans leurs bandes Maël, un nouveau venu cachant un sombre secret. Leur quotidien est bouleversé lorsqu'ils découvrent des morts dépecés par la Menace noire. S'engage alors une lutte pour survivre et pour résoudre le mystère touchant les proches de Pierre.

Une lecture haletante, angoissante faisant découvrir une campagne fantastique. Un roman de l'horreur et du gothique dévoilant les plus sombres aspects de l'Homme.

Manon

COUPABLE ?

favoriteLOISON LAURENT

En banlieue parisienne Ivan, 15 ans, doit cambrioler une maison pour intégrer le gang des Frères de Sang. Ivan ne peut pas en revenir bredouille alors Ivan torture le propriétaire de la maison... mais Ivan se fait arrêter et prend 15 ans.

En Arizona, lors du cambriolage de la maison d'un célèbre oncologue une bagarre éclate entre le cambrioleur et le propriétaire et celui-ci meurt d'un coup de feu... et Patrick Jones, le cambrioleur, se fait arrêter.

Qui a tiré ?

Est-ce un homicide involontaire ou un meurtre ? Si Patrick Jones reconnaît le cambriolage, il nie farouchement avoir eu la volonté de tuer. Son avocate commise d'office le croit et décide de faire éclater la vérité. Mais c'est sans compter la volonté farouche de la veuve d'envoyer Patrick Jones à la chaise électrique. Y a-t-il un lien entre Ivan, Patrick Jones, son avocate et la veuve ?

C'est à un duel à mort de femmes amoureuses et de pouvoir que nous convie Laurent Loison avec cette intrigue bien ficelée où la psychologie des personnages est prépondérante.

Arnaud

LE SANCTUAIRE

favoriteROUX LAURINE

Le Sanctuaire est un lieu en forêt, où vit une famille recluse, un couple et deux fillettes, survivants d'un virus transmis par les oiseaux. Sous les apparences d'un fragile refuge et d'un maintien de la paix, le calme inquiet nous enrobe et prend des allures de thriller...

La mère est nostalgique de son passé, toujours dans ses pensées; le père entraîne les filles à la chasse et n'admet aucune faiblesse, l'ainée June se pose des questions et la plus jeune, Gemma, est intrépide et chasseuse hors pair. Or cette petite dernière va faire la rencontre d'un vieillard mystérieux vivant derrière la montagne avec des aigles... Leur havre de paix bascule alors.

Le monde est-il aussi dangereux que leur décrit le père ? Les oiseaux sont-ils leurs ennemis ?

D'une plume magnifique, Laurine Roux nous fait osciller entre l'émerveillement de la nature, sauvage et pure, et l'angoisse croissante de l'intrigue.

Justine

TRENCADIS

favoriteDEYNS CAROLINE

Bouleversant, magnifique, un plaisir immense de lecture et de découverte !

« Trencadis », c'est un type de mosaïque à base d'éclats de céramique et de verre. Au parc Güell, ces éclats enchantent Niki. Niki de Saint Phalle.

Les éclats, ils ont parsemé sa vie. Eclats de brillance, mais aussi débris de verre, cassants, douloureux. Entre une mère américaine qui lui intimait de se taire « You just sit there and look pretty, remember ? », et un père qui l'a violée à l'âge de 11 ans, Niki étouffe.

Mariée à 18 ans à Harry Mathews, son ami d'enfance et poète, elle vit une complicité amoureuse et une vie de famille qui l'apaise, mais ses démons la hantent, jusqu'à tentative de suicide. Elle trouvera le réconfort nécessaire et l'envie de vivre dans l'art, les Arts, grâce à son imaginaire flamboyant et sa créativité ; elle s'y adonnera corps et âme.

Sa relation amoureuse avec Jean Tinguely, artiste lui aussi (et duquel elle défendra la postérité avec l'ouverture du musée Tinguely à Bâle) est passionnelle et pleine de couleurs.

Plasticienne, peintre, sculptrice, réalisatrice, Niki fut une grande artiste, à l'oeuvre flamboyante de vie, malgré ses désespoirs. Caroline Deyns la refait vivre, à travers les mots, et joue avec l'écriture : le fil du roman est parsemé entre les pages de poèmes, calligrammes, fragments ou témoignages... Un livre splendide.

Justine

LE COUT DE LA VIE

favoriteLEVY DEBORAH

Un joli récit autobiographique de Deborah Levy qui à cinquante ans divorce, quitte sa maison pour un appartement, se trouve un petit cabanon et écrit...

Elle s'inspire de Marguerite Duras, Annie Ernaux et Maggie Nelson pour décrire sa position de femme dans notre société.

Marie

DE BONNES RAISONS DE MOURIR

favoriteAUDIC MORGAN

Vous souvenez-vous du 26 avril 1986 ?

C'est la date de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Peu de temps après la catastrophe l'Armée Soviétique a mis en place une zone d'exclusion de 30km autour de la ville et en a fait évacuer toute la population. C'est la Zone d'exclusion de Tchernobyl, aussi appelée La Zone.

C'est maintenant, dans La Zone, en Ukraine et dans le Donbass que Morgan Audic a choisi de dérouler son thriller. Le premier cadavre et son hirondelle empaillée sont retrouvés en plein coeur de La Zone, à Prypiat, Ukraine, ville fantôme où la nature a repris ses droits, par un guide de Tour Operator qui emmène des clients se faire peur en zone contaminée.

La Zone d'exclusion n'a d'exclusion que le nom. Entre les stalkers (ces pratiquants de l' urbex illégale), les anciens de retour dans leurs isbas, les trop irradiés qui veulent mourir chez eux, les trafiquants de métaux (et tant pis s'il est irradié), les néonazis et les associations écologiques, la Zone grouille de monde, et ça fait autant de suspects et de -fausses ?- pistes.

Deux flics mènent l'enquête. Joseph Melnik, flic ukrainien honnête, qui rêve de quitter la Zone et qui n'a pas assez d'argent pour payer un gilet pare balle à son fils, soldat dans le Donbass. Alexandre Rybalko, flic russe qui a passé son enfance à Prypiat, traumatisé par l'évacuation, engagé par la famille de la première victime pour retrouver le coupable. Toutes les victimes ont subi les mêmes sévices, toutes sont accompagnées d'oiseaux empaillés, mais qu'est-ce qui les relie ?

Morgan Audic signe un thriller policier à forte tension ajoutée où La Zone et les relents de l'histoire sont des personnages majeurs.

Beloha

LE SANG NE SUFFIT PAS

favoriteTAYLOR ALEX

Dans une Amérique à l'époque des chasseurs de bêtes à fourrures, une femme enceinte, avec pour toute protection un homme qu'elle connaît à peine, fuit avec des indiens, des villageois furieux et une ourse affamée à ses trousses.

Quelles sont ses chances de survie ?

Frédéric

PEAU D-HOMME

favoriteHUBERT/ZANZIM

Un coup de foudre.

Bianca une jeune noble italienne, indépendante, promise à Giovanni, un mariage d'affaires. Entre religion, bonnes mœurs, amour et sexualité.

Plongez dans ce mythe de la Renaissance italienne où la femme veut découvrir les codes sociaux des hommes à travers un homme Lorenzo.

Manon

LE SOURIRE DU SCORPION

favoriteGAIN PATRICE

Imaginez : vous partez en vacances faire du rafting avec votre soeur jumelle et vos parents au Monténégro. Vos parents recrutent un guide local (Goran) toujours cool, toujours positif quelque soit les circonstances. Même quand la rivière grossit, même quand maman est extrêmement angoissée... même quand papa disparaît et qu'on ne retrouve pas son corps.

Il est cool ce guide, il ne vous laisse pas en rade, il conduit même votre camion pour faciliter votre retour à la maison. Une maison complètement perdue au milieu du Parc naturel régional des Grands Causses.

Vous êtes Tom, le narrateur, vous avez 15 ans et vous ne voyez rien venir. Vous avez beau avoir toute confiance en Luna votre jumelle, quand elle vous dit que Goran n'est pas franc du collier, vous ne voyez rien venir.

Il est sympa Goran, il s'occupe de la maison, il plante des arbres, il s'occupe bien de maman qui n'est plus que l'ombre d'elle même depuis la disparition de papa.

Et vous ne voyez rien venir... Vous, vous voyez la nature, le Causse, vous suivez le vol des rapaces, vous savez lire les traces, vous parlez au paysage, vous sentez le vent. Mais vous ne voyez rien venir...

Comme dans "Terres fauves" (Le mot et le reste), Patrice Gain excelle dans une tension qui va crescendo, une narration implacable et un rapport à la nature d'une grande poésie.

Beloha

KIKI DE MONTPARNASSE (OP ROMAN

favoriteBOCQUET/CATEL

Si vous ne connaissez pas encore KIKI, ce roman graphique plein de vie est fait pour vous !

Kiki, c'est une personnalité haute en couleurs, vive, amoureuse et sensuelle, drôle, ayant été modèle, chanteuse et actrice, compagne de Man Ray, amie de bien d'autres artistes de renom des Années folles...

Avec humour et sensibilité, cette bande-dessinée nous livre la vie de celle qui fut un exemple de liberté, une femme qui aimait la vie et qui a connu le succès à Paris, dans une période d'effervescence artistique et mondaine.

Justine

BOUCHE COUSUE

favoriteMULLER-COLARD MARION

Un récit sensible, qui nous marque et laisse un goût doux-amer après la lecture...

Amandana est une jeune fille qui ne se sent pas à sa place dans sa famille, où tout est si bien cadré rangé organisé. Où rien ne dépasse. Hors elle, elle veut respirer, se sentir libre.

Il y a la découverte de son corps à soi, l'attirance pour une fille, la liberté de moments volés avec ce couple d'hommes Jérôme et Marc, qui lui prouvent que la vie peut être légère et joyeuse...

Un très beau roman intimiste pour les adolescents mais aussi pour les adultes, qui pose des questions essentielles, sous la plume douce et juste de Marion Muller-Colard.

Justine

HYGIENE DE L-ASSASSIN

favoriteNOTHOMB AMELIE

Et quelle joie parfois de prendre le temps de lire, entre plusieurs nouveautés, des textes qui sont sur nos interminables listes, et de découvrir des romans écrits il y a fort longtemps mais qui font toujours partie de nos rayons...

C'est avec plaisir que j'ai découvert le premier roman d'Amélie Nothomb. Elle manie le dialogue avec art, l'humour alterne entre grotesque, cynisme et ironie, et chaque réplique est un délice.

Prétextat Tach, écrivain célèbre Prix Nobel de littérature, et personnage à la personnalité bien trempée, se voit atteint d'une maladie irreversible : il lui reste deux mois à vivre. Les journalistes se succèdent donc à sa porte: mais chacun se retrouver flanqué dehors, suite à une interview aux allures de duel. Mais une jeune journaliste va franchir le seuil de sa porte, et va réussir à l'intriguer, cet homme pourtant misogyne.

Mais qu'est-elle venue chercher ? Pourquoi veut-elle le confronter à son passé ? Que veut-elle lui faire avouer, lui qui se cache derrière sa misanthropie ?

Un récit avec un retournement de situation qui nous surprend, nous choque et nous fait rire malgré tout le cruel que l'histoire comporte, grâce à l'écriture aux dialogues jouissifs.

Justine

IL EST DES HOMMES QUI SE PERDR

favoriteLIGHIERI REBECCA

Un père qui ne sait s'exprimer que par la violence, une mère mutique, une fratrie sans cesse malmenée, une histoire écrite avec un style qui nous fera tourner frénétiquement les pages jusq'au bout de ce livre finalement magnifique.

Frédéric

NOONE - OU LE MARIN SANS MEMOI

favoriteVERDO YANN

Avec un style purement victorien, l'auteur nous raconte l'histoire de Noone un marin débarqué dans le Londres du XIXème siècle. Interrogé par un médecin subjugé par la particularité de cet homme décidément extraordinaire !

Addict !

Frédéric

TENEBRE

favoriteKAWCZAK PAUL

Tracer avec précisions les frontières du Congo belge, telle est la mission de Claes géomètre du roi.

Le style vif et poétique nous fait ressentir la moiteur de la jungle, la terreur des fauves et l'acharnement insupportable des blancs sur les noirs !

Frédéric

LA BONNE CASE

favoritePIMIENTO MARIO

Que voilà un roman qui fait du bien !

C'est à une belle histoire que nous convie Mario Pimiento, celle de Luis, photographe désargenté et voyageur-papillon. Luis se pose à Madjang, sur la côte ouest de Madagascar, dans la Case Bambou.

La Case Bambou est un bâtiment de 3 étages qui s'est effondré et où vit une famille et ses marmailles. C'est à partager une tranche de 2 ans de la vie de Luis que Mario Pimiento nous convie. On y rencontre une palette de personnages tout aussi truculents que débrouillards et à la vraie vie AdyGasy, celle de la débrouillardise, de la pauvreté et surtout de l'entraide.

Visiblement l'auteur connaît bien Madagascar, il y aime les vrais gens et cela se voit dans ce roman proche d'un conte heureux.

Beloha

LIBRAIRES ENVOLES - BANGKOK -

favoriteCHAMPS-MASSART

Après avoir découvert ce couple d'auteurs par "Mille et dix mille pas" dont j'avais dévoré les deux tomes, je les ai retrouvés avec plaisir dans leur récit de voyage de Bangkok à Damas.

A partir du projet d'une librairie à Bangkok qui tourne court, de rencontres en rencontres, d'aventures en aventures, nous suivons les auteurs avec délectation à travers l'Asie.

Un livre frais et profond à la fois!

Marie

TUER LE FILS

favoriteSEVERAC BENOIT

A quelles extrémités le désamour d'un père pour son fils peut-il le pousser ?

Le père de Matthieu n'a d'amour que pour sa moto et de respect que pour la violence. Alors Matthieu tue un homme pour que son père le considère. Il prend 15 ans. Le lendemain de sa libération, son père est assassiné. Ces 15 ans ont-ils changé Matthieu ?

En prison il tenait un journal dont les inserts au fur et à mesure du texte nous éclairent sur sa relation à son père. Comme avec "115" (La manufacture de livres), Benoît Séverac excelle dans la psychologie des personnages, la fluidité des interactions entre eux et le sens des détails qui tuent.

Un roman sensible et profond qui nous emmène au tréfonds des noirceurs humaines. Bravo.

Beloha

SANDREMONDE

favoriteDEPARIS JEAN-LUC

Héroïque,

Elyz-Ana avec sa peau sombre, ses cheveux blancs et ses yeux bleus ne ressemble à aucun autre individu de Sandremonde. Surnommée Shaël-Faar, elle va tenter de survivre malgré le danger que représente l'Église.

Une course contre la montre s'engage lorsque l'Eglise attaque la communauté qui a recueillit Elyz-Ana enfant. Obligée de se cacher Elyz-Ana va vivre avec les Intouchables dans la cité d'Atabeg où elle cherchera les réponses à ses questions : d'où vient-elle? Qui sont ses parents? Pourquoi est-elle si différente du peuple de Sandremonde? Est-elle l'unique représentante d'un peuple assimilé aux démons selon l'Église ?

Dans "Sandremonde" nous grandissons avec Elyz-Ana, un personnage attachant qui nous emmène dans un autre monde doté d'une volonté et d'une mythologie uniques.

Manon

LA COMMODE AUX TIROIRS DE COUL

favoriteRUIZ OLIVIA

Une commode arc-en-ciel conservant les secrets de famille de quatre générations.

Nous suivons la vie de Rita, exilée lors de la guerre civile espagnole luttant pour s'intégrer à la population française. Nous découvrons l'Histoire espagnole touchante, troublante mêlant l'amour, la tristesse, l'espoir et la vengeance.

Une histoire émouvante avec la plume d'Olivia Ruiz qui vous transporte dans un autre temps.

Manon

LE CLUB DE MACAO

favoriteGARCIA ROSADO PEDRO

En 1984, Macao est encore une colonie portugaise où tout est possible, où l'on peut assouvir tous ses vices à condition de bien s'organiser.

C'est ce que font six expatriés influents et plein d'avenir en créant un bordel pédophile privé. Le Club de Macao est composé de trois policiers, d'un juge, d'un présentateur de télévision et d'un chirurgien.

Tout ce joli monde s'amuse bien avec des petites filles, immigrées clandestines fuyant la Chine communiste, jusqu'au jour où l'une d'entre elles est assassinée. C'est la fin du Club, tout le monde rentre au Portugal.

20 ans plus tard, le juge -devenu Procureur Général de la République- se lance dans la course à la présidentielle. Inspiré de l'Affaire de la Casa Pia, ce roman noir nous plonge dans les arcanes du pouvoir, où compromissions et perversions se donnent la main en toute impunité.

Il n'y a aucun personnage sympa dans ce roman, tous sont des salopards patentés, tous poursuivent leurs objectifs et chacun a ses arguments qu'il pense meilleurs que ceux des autres. Et c'est en cela que Pedro Garcia Rosado réussi son roman qui pourrait bien être un de ces polars-de-l'été qu'on aime tant.

Beloha

LES OS DES FILLES

favoritePAPIN LINE

Un roman autobiographique sensible et doux, qui soulève la question de l'identité, des racines, de la place de l'Histoire, du pays et de la famille à travers nos vies.

Line Papin nous relate sa vie, et celles de femmes avant elle : sa mère et sa grand-mère, lignée féminine ayant vu la guerre et la famine.

Des années 60 au Vietnam pendant la seconde guerre d'Indochine, aux années 2000 en France, c'est un parcours dans le temps que nous vivons, oscillant entre douce poésie et allures de documentaire : dans ce récit vous sentirez les odeurs, celle de la pluie et des saveurs culinaires, vous entendrez l'amour qui bat comme un tambour dans le coeur des femmes, et la peur qui martèle le creux du ventre; mais vous découvrirez aussi des photos d'époque en noir et blanc, des lieux et des détails bien réels et vibrant d'Histoire.

Un petit bijou de lecture, d'une grande beauté, de celles qui sont simples mais disent beaucoup.

Justine

LA SAVEUR DU PRINTEMPS

favoritePANETTA/GANUCHEAU

Savoureuse,

Ari, fils de boulanger, n'a qu'une envie : monter en ville avec son groupe de rock pour vivre de la musique. Une quête du remplaçant parfait commence et bouscule sa vie avec la rencontre d'Hector, un jeune homme passionné par la cuisine.

Une histoire tendre parlant d'espoir, de quête de soi, d'amour, d'amitiés et de passions.

Manon

DANS LES VESTIAIRES

favoriteLE BOUCHER TIMOTHE

Bouleversant !

Corentin, un jeune garçon différent de ses camarades de classe est victime de harcèlement scolaire.

Une immersion dans la violence entre les élèves, un monde sans pitié dénoncé par le coup de crayon de Timothé Le Boucher.

Justine et Manon

MARSEILLE 73

favoriteMANOTTI DOMINIQUE

Dominique Manotti nous présente une des premières enquêtes du commissaire Daquin en plein marigot politico-raciste dans le Marseille post Mai 68.

Comme souvent avec Dominique Manotti, le roman est imbibé d'histoire réelle. Ici le terrorisme raciste est bien réel. La guerre d'Algérie est finie depuis 5 ans, la police française d'Algérie a été intégrée à celle de métropole et ses habitudes n'ont pas changé.

L'OAS n'est jamais loin. Une 20aine d'algériens se font bastonner, abattre et la police marseillaise ne bouge pas. Compromissions ? Permissivité ?

Seul le commissaire Daquin enquête.

Beloha

LES GOLOVLEV

favoriteSALTYKOV CHTCHEDRINE

Grand roman russe retraçant la déchéance d'une famille de propriétaires terriens, les Golovlev, tenue d'une main de maître par Arina Petrovna. Mais ses enfants, vauriens pour les uns, salaud hypocrite pour l'autre, dilapident leur héritages pour les uns, garde tout pour lui pour l'autre et laissent leur mère dans la pauvreté.

Ce récit symbolise la Russie des propriétaires décadents jusqu'à l'abolition du servage en 1861. Des personnages bien incarnés qui rendent le roman drôle et captivant.

Marie

VILLA CHAGRIN

favoriteGODWIN GAIL

A l'âge de onze ans, Marcus perd sa mère. N'ayant pas connu son père, orphelin, il est placé dans une famille d'accueil avant d'aller vivre chez sa tante Charlotte, artiste peintre solitaire ayant un penchant assez prononcé pour le vin. Elle peint notamment dans ses toiles la Villa Chagrin qui va fasciner le jeune homme.

Marcus va se rendre dans cette maison, abandonnée depuis qu'une famille y a disparu lors d'un ouragan. Il y rencontrera ou ressentira la présence du fantôme du jeune garçon disparu cinquante ans plus tôt.

Une histoire de deuil, d'adolescence et de rencontre entre deux personnes qu'à priori tout oppose, écrite tout en délicatesse.

Marie

LA MERE D-EVA

favoriteFERRERI SILVIA

Un roman profond sur l'altérité, l'identité (sociale et sexuelle) et l'amour maternel.

Eva s'est toujours sentie garçon, homme. Depuis petite, elle se ressent de cette identité là, mais n'en a pas le physique. A l'âge de 18 ans, elle veut réaliser son voeu le plus cher : se faire opérer, pour devenir un homme, commencer sa vie d'adulte en étant ce qu'elle a toujours voulu être.

Sa mère l'accompagne dans cette démarche, et entre les murs d'une clinique serbe c'est son discours intérieur et personnel que l'on écoute : celui d'une mère qui essaye de remonter le temps, depuis l'enfance d'Eva et fait le déroulé de sa vie, pour comprendre mais surtout pour accepter, le choix de son enfant qu'elle aime par-dessus tout.

Justine

VESPER

favoriteCROUZET VINCENT

Retour sur 25 ans de Françafrique, sous forme de roman d'espionnage-aventure-historique. Du renseignement, de l'aventure, des faits, du vrai, du faux...

Le Bureau des Légendes en roman, écrit par quelqu'un qui sait de quoi il parle et qui en parle à merveille.

Beloha

LES ROCHES ROUGES

favoriteADAM OLIVIER

Une histoire où le tragique et l'espoir jouent à cache-cache, où des personnages brisés tentent de se reconstruire et jouent leurs dernières cartes.

Ca sent la chaleur écrasante de l'été, l'amour de jeunesse et l'envie de tout recommencer.

Leïla et Antoine sont amoureux, du moins ils ont une relation cachée, puisque Leïla vit avec Alex, bien plus âgé et leur fils Gabi. Mais Alex est violent, et Leïla fait le triste bilan de sa vie râtée. Quand Alex veut se venger, ils doivent fuir. Ils s'évadent dans la maison de vacances des parents d'Antoine. Mais là se trouve la soeur de celui-ci, qu'il n'a pas revue depuis des années...

Malgré les douleurs et les traumatismes vécus, il faudra avancer, ensemble. Chaque jour, Leïla écrit dans un carnet offert par Antoine, ses pensées, ses émotions, leur quotidien bancal mais par lequel elle ose espérer.

Justine

ESTHER

favoriteBRUNEAU OLIVIER

Un roman singulier, à la croisées des genres : thriller, roman d'anticipation ou encore roman érotique, "Esther" va vous surprendre, parfois vous faire rire, et surtout vous déranger.

Imaginez une société où sont créés des "lovebots", robots utilisés à des fins sexuelles, mais aussi comme domestiques ou amis du quotidien de l'Homme.

Anton et Maxine, couple d'humains à la vie stable mais ennuyeuse, trouve une lovebot abandonnée, meurtrie, abîmée. Anton va décider de la soigner : celle-ci va alors chambouler la vie de ce couple...

En parallèle, un homme est retrouvé mort chez lui, sur son lit, sans réelle indication sur le meurtre. Alice, flic à la détermination exemplaire, décide de mener l'enquête en solo.

Un frisson courant le long de l'échine, on est happé et plusieurs questions sont soulevées : jusqu'où l'homme est-il prêt à aller dans sa quête scientifique pour assouvir ses pulsions les plus primaires ? Où se situe la limite entre intelligence artificielle et âme ou esprit humains ? L'Homme est-il capable de considération envers des créatures qu'il crée, instruments robotisés mais incroyablement humanisés et doubles de lui-même ?

Justine

ROMY ET JULIUS

favoriteCARTERON/PIERRE

Un premier amour adolescent, plein d'humour et de fraîcheur.

A la "Roméo et Juliette", il fallait un dilemme et deux familles opposées : ici celle de Romy, la fille du boucher et celle de Julius, de famille végétarienne. Avec humour et tendresse, on suit les aventures de ces deux ados, leurs questionnements sur leur orientation future après la 3ème, sur leur manière de vivre, les différences sociales et le poids de la famille, sur les amitiés et les dérives, les premières manifs... et surtout un premier amour naissant, qui va devoir aller au-delà de tout ça.

"Romeo et Juliette", c'est d'ailleurs la pièce de théâtre pour laquelle s'entrainent Romy et Julius, nos deux amoureux des lettres et de la scène. Et comme la pièce, ce roman est écrit en 5 actes...

Une histoire riche en questionnements et pleine d'émotions pour les adolescents.

Justine

MAMIE LUGER

favoritePHILIPPON BENOIT

Mamie Luger, c'est une sacrée femme : cent deux ans, féministe et indépendante, bourrue, drôle et attachante ! Elle a vécu la guerre, elle fait de la gnôle dans sa cave, et elle déteste qu'on entrave sa liberté.

Quand de bon matin les flics se retrouvent à sa porte parce qu'elle vient de fusiller le voisin, elle est embarquée : il va falloir qu'elle s'explique au commissariat, et l'inspecteur Ventura n'est pas prêt de lâcher l'affaire. Commence alors le récit trépident de la vie de Mamie Luger, et il faut s'accrocher; le voisin n'était visiblement pas le premier à tomber dans ses filets...

Justine

RENDEZ-VOUS A GIBRALTAR

favoriteMAY PETER

Un bon petit polar pour l'été !

Peter May nous donne rdv en Andalousie, Sud de l'Espagne, dans la région de Malaga. Cristina Sanchez, policière à Marvina, et John Mackenzie, écossais de la National Crime Agency recruté pour l'affaire, se retrouvent à faire équipe dans les méandres d'un trafic de drogues.

Suite à l'intervention de la police chez lui, Cleland, trafiquant de cocaïne, voit sa vie basculer et développe une rancoeur pour Cristina, et menace toute sa famille. Même Ana, sa vieille tante sourde et aveugle, est en danger et Cleland sera prêt à tout pour se venger. D'autant plus qu'il semble être aidé dans ses manigances, mais par qui ?...

En parallèle de l'enquête on découvre la région de Malaga divisée, entre quartiers riches et luxueuses villas, et bas-fonds où règnent le chaos et les trafics illicites.

Justine

ETES ANGLAIS (LA SAGA DES CAZA

favoriteHOWARD E J.

La famille Cazalet va vous faire voyager dans l'Angleterre des années 30 où la Duche chef d'orchestre de la famille organise la journée des domestiques et des femmes de la maison.

Dans cette famille les hommes s'inquiètent de l'économie de l'entreprise familiale alors que Zoé, jeune femme de 30 ans, moderne, s'inquiète de tomber enceinte et de vieillir. Les enfants quant à eux se disputent pour des broutilles et la peur de l'avenir.

Une saga anglaise à savourer à l'heure du thé pour suivre les péripéties familiales et les prémices d'une révolution féministe où débute l'indépendance de la femme.

Manon

OR, ENCENS ET POUSSIERE

favoriteVARESI VALERIO

Cet hiver là Parme nage dans le brouillard.

Cet hiver là le commissaire Soneri s'y perd. Perdu entre un camp de gitans et un carambolage sur une autoroute, Soneri trouve par hasard un cadavre brûlé et non identifiable.

Complètement perdu dans un brouillard de sentiments contradictoires Soneri n'a d'autre choix que de se fier au hasard.
Avancer au hasard c'est un peu comme avancer dans le brouillard : on tâtonne, on teste, on essaie, on découvre, on cherche le fil rouge... et on trébuche.
Le commissaire trébuche mais il n'abandonne pas. Et comme toujours dans le brouillard les apparences sont trompeuses : ce clochard céleste croisé par hasard sera son fil rouge.

"Or, encens et poussière" est un roman noir, un roman policier mais aussi un roman social où il est question de préjugés et d'apparences sociales.
Valério Varési a un talent certain pour nous identifier à son personnage et nous faire aimer Parme. Une ville qu'on ne perçoit que par petites touches perdues dans la purée de pois, et dont la valeur la plus sûre est la cuisine.

Beloha

JAMAIS ASSEZ

favoriteMCDERMOTT ALICE

Une savoureuse nouvelle à lire et offrir pour les amoureux de la vie.

Une trentaine de pages pour décrire la vie d'une femme, de l'enfance à la vieillesse, et ses plaisirs sans fin.

Du simple plaisir de lécher les coupelles de glace, étant enfant, cachée dans la cuisine; à celui d'être dans les bras d'un amant, étant adolescente, et se sentir incomprise des autres, pour ces plaisirs mêmes.

Une écriture pleine de sensualité, qui nous laisse quelques instants avec le goût du plaisir caché. "Le plaisir, c'est le plaisir. Un reste de fraises, les mains d'un jeune homme, un nouveau-né dans les bras ou le visage changeant d'un enfant qu'on a mis au monde."

Justine

LE CAFARD

favoriteMCEWAN IAN

De l'ironie, de la politique et de l'absurde !

Un court texte jubilatoire, aux accents kafkaïens inversés : Jim Sams, cafard de son espèce, se retrouve un beau matin dans le corps d'un humain. Mais pas n'importe lequel : celui du Premier ministre britannique, et il sait qu'il a une mission à accomplir.

Il déclenche alors tout ce qui est en son pouvoir pour mettre en place la loi qui changera le marché économique et la société du Royaume-Uni : le Réversalisme, qui prône une économie inversée. Mais les adeptes du Continualisme ne vont pas le laisser agir sans difficultés.

Pourtant, Jim sera prêt à tout, et va allier d'autres ministres à sa cause, qu'il sait être d'anciens cafards tout comme lui. Ensemble, ils porteront "la voix du peuple".

D'où leur vient cette détermination ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Le lecteur suit avec amusement cette quête absurde, dans laquelle s'entremêlent les jeux de pouvoirs et les références imagées à la situation actuelle du Royaume-Uni.

Justine

DANS LA GUEULE DE L-OURS

favoriteMCLAUGHLIN JAMES A.

Une très belle et édifiante plongée dans les forêts profondes des Appalaches.

Rice Moore, poursuivi par le cartel de Sinaola, est gardien d'une immense forêt privée où il constate que des ours sont braconnés. Rice enquête et découvre l'ampleur d'un trafic tentaculaire.

Jusqu'où Rice va-t-il s'impliquer ? Jusqu'où va-t-il laisser libre cours à son côté sauvage ? Va-t-il résister à l'appel de la forêt ?

Outre l'enquête, c'est surtout la question de la place de l'homme dans la Nature qui est pausée.
Un très beau roman de Nature Writing au style aussi fluide et précis que foisonnant et transportant.

Beloha

TERRES BRULEES

favoriteTODENNE ERIC

La rancoeur, la jalousie, la bêtise, le mal-être et la lâcheté. La honte, la peur, l'avidité, l'entre-soi et la méfiance.

C'est l'histoire de femmes et d'hommes ancrés dans une région de France où les soldats des monuments aux morts ne portent aucun uniformes. S'il existe des secrets de famille, il existe aussi des secrets de villages, des secrets de terres. Et quand les guerres s'en mêlent, la haine a la mémoire longue.

Eric Todenne écrit l'histoire de terres meurtries et de générations détruites.

Beloha

ILE - ROMAN

favoriteJACOBSEN S R H.

La narratrice part sur les traces de ses aïeux dans les Îles Féroé. Sa grand-mère Marita a quitté une part d'elle même pour rejoindre son mari à Copenhague. Son papé transmet à sa petite-fille les légendes de son île natale.

Mémoire, anecdotes, Histoire et histoires, des hommes et des lieux, un récit poétique sur l'exil et les îles.

"Il y avait les îles nées de la boisson des marins écossais assoiffés de terre, qu'ils rêvaient scintillantes au milieu de bancs de brume."

"Les maisons sont des brisants aveugles qui hérissent la nuit, oublieuses les unes des autres."

Marie

LA PAIX AVEC LES MORTS

favoritePANH/BATAILLE

Un témoignage intime et historique, superbe.

Le célèbre cinéaste cambodgien Rithy Panh et l'écrivain et éditeur Christophe Bataille nous livrent, 8 ans après "L'élimination" (Editions Grasset) un nouveau récit puissant, en hommage aux morts sacrifiés durant les massacres sous les Khmers Rouges dans les années 70 au Cambodge, et qui se veut être une recherche de vérité, dans l'énonciation et la répétition des faits, grâce au pouvoir des mots.

Rithy Panh décide de partir sur les traces de sa famille défunte, sa mère, son père, ses soeurs, trouver leur lieu de mort et leur rendre hommage, afin de soulager les âmes errantes, comme le veut la tradition.

De leur plume poétique, douce et mélancolique, les auteurs nous offrent un magnifique texte où nous voyageons à travers des bribes de pensées, des rencontres, des paysages... On découvre aussi les témoignages de personnalités historiques telles que Marceline Loridan-Ivens, Robert Badinter ou Noam Chomsky. Et on rencontre des dirigeants Khmers rouges, mais l'heure n'est plus au procès, plutôt une recherche de mémoire, contre la négation.

Justine

LES LUMIERES DE TEL AVIV

favoriteSCHWARTZBROD A.

Troisième roman d'Alexandra Schwartzbrod consacré à Israël, « Les lumières de Tel Aviv » nous plonge dans un futur indéterminé, dans un pays plus que jamais déchiré, scindé en deux par la tyrannie d'un despote ultra-orthodoxe soutenu par les Russes et contraignant les fidèles à l'étude permanente des textes sacrés dans un Jérusalem emmuré à en faire pâlir Donald Trump d'envie et duquel furent chassés violemment les Palestiniens, auquel s'opposent « les Résistants », un melting-pot d'hommes et de femmes, Juifs et Arabes, aspirant à la liberté et l'égalité absolues et regroupés dans un Tel Aviv transformé en communauté coopérative géante.

Dit ainsi, le livre pourrait s'apparenter à une énième resucée d'analyse politique manichéenne et simpliste d'un monde qui n'a jamais été aussi abscons et le sera sans doute davantage encore dans les années à venir. C'est tout l'inverse. Alexandra Schwartzbrod esquisse ici un brillant microcosme de notre humanité et de sa complexité, de ses croyances religieuses et idéologiques et de leurs dérives.

Chacun, convaincu d’œuvrer pour ce qu'il croit être le Bien, entre société libertaire, idéaliste et « laïciste » d'un côté et obscurantisme coercitif de l'autre, se heurte aux limites de sa propre utopie, davantage encore qu'à celle de son ennemi. Soumis à la menace de robots tueurs sillonnant le Mur de long en large, symboles de cette toute puissance technologique à laquelle nous abandonnons notre souveraineté et notre humanité, ils sont six à vouloir fuir dans un sens ou dans l'autre, persuadés que le bonheur, l'amour et la paix se situent de l'autre côté.

Parsemé de références lumineuses aux cultures juives et arabes, particulièrement érudit mais résolument accessible, le roman transpire l'amour d'une autrice pour ces terres cosmopolites, si riches en brassage de traditions en tous genres. Débordant d'odeurs de frangipanier et de zaatar qui nous envahissent avec délectation, de couleurs chaudes et chaleureuses qui nous réchauffent le cœur et l'esprit, de sons de l'océan et de rues bondées qui parviendraient presque jusqu'à nos oreilles, « Les lumières de Tel Aviv » est un texte vivant et bouillonnant, rappelant plus que jamais combien derrière l'obscurité de desseins politiques malfaisants se cachent des histoires individuelles bouleversantes, exaltantes et remplies d'espoir.

Un livre aussi délicat dans l'écriture que puissant dans le récit, une lecture incontournable de ce printemps.

Alexis

VANDA

favoriteBRUNET MARION

Un roman social et contemporain, d'une grande beauté.

Vanda, une femme lumineuse mais abîmée par la vie, vit en marge des codes de la société, dans un cabanon en bord de mer, avec son fils de 6 ans, Noé, son "bulot". Elle se démène dans son quotidien pour qu'ils survivent et travaille en hôpital psy en tant que femme de ménage, elle qui autrefois se rêvait artiste... Elle n'est pourtant pas malheureuse, et voue un amour inconditionnel et fusionnel à son fils, eux deux c'est "contre le monde entier" comme elle le lui répètre tendrement; mais ce leitmotiv est aussi une mise en garde : jamais elle ne laissera quelqu'un détruire leur cocon intime.

Hors, quand Simon, son ex, débarque en ville après 6 ans d'absence, sans lui-même savoir l'existence de son enfant, la vie fragile de Vanda et Noé se trouve bousculée. Une tension s'installe, grandissante, tandis que la mère se replie sur l'amour fou pour son fils.

L'écriture est sensible et profonde, et Marion Brunet perce à jour la psychologie la plus intime des personnages, doubles de réels potentiels dans ce monde...

Justine

TOUTES CES VIES JAMAIS VECUES

favoriteROY ANURADHA

Mychkine, paysagiste indien au crépuscule de sa vie, voit ressurgir tous ses souvenirs d'enfant en recevant un colis contenant les lettres envoyées par sa mère Gayatri à son amie et ancienne voisine Lisa, de juillet 1937 à octobre 1941.

Mychkine vivait une enfance paisible jusqu'au jour où sa mère lui a demandé de rentrer à l'heure de l'école car elle avait une surprise pour lui. Mais retardé à l'école, il est arrivé trop tard. Il ne reverra jamais sa mère.

Le vieil homme dresse un beau portrait de sa mère, une artiste qui aimait la vie, la danse, l'art et les voyages, éduquée par un père qui l'a sensibilisée à tout cela. Mais mariée trop vite, Gayatri s'est sentie emprisonnée dans son rôle de femme et de mère. Alors que tout le monde la croyait partie pour un anglais, Mychkine découvre qu'elle a en réalité suivi Walter Spies, musicien et peintre allemand et Beryl de Zoete, danseuse et orientaliste, pour la liberté et l'art.

Nous découvrons également dans ce texte, l'Inde essayant de se libérer de la colonisation britannique ainsi que Bali sous la dominations des Hollandais avant d'être occupée par les Japonais.

Un très beau texte sur le sentiment d'abandon d'un enfant de neuf ans se retrouvant seul avec son grand-père, homme attachant et fantasque, après le départ de sa mère en quête de liberté et de son père parti sur la voie des moines bouddhistes. Un très beau portrait de femme artiste souhaitant se libérer de sa place définie par la société.

Marie

NUITS D-ETE A BROOKLYN

favoriteSCHNECK COLOMBE

Eté 1991, Crown Heights à Brooklyn, New York. Des émeutes éclatent plusieurs nuits durant, fruit de la colère de nombreux Afro-Américains ayant élu résidence dans ce quartier où l'on cohabite bon an mal an avec les Loubavitchs, communauté juive ultra-orthodoxe, à la suite de la mort de Gavin Cato, jeune enfant originaire du Guyana, écrasé devant chez lui par Yosef Lifsh après que celui-ci a perdu le contrôle de son véhicule. Agressés, lynchés, victimes de slogans antisémites, les Juifs new-yorkais vivront cet épisode dramatique comme un véritable pogrom. La communauté noire, encore échaudée par le passage à tabac de Rodney King quatre mois plus tôt à Los Angeles, voit quant à elle dans le traitement de cette affaire par la police et la Justice, l'énième démonstration du mépris et de la haine à son égard.

C'est cette toile de fond explosive que déroule Colombe Schneck dans « Nuits d'été à Brooklyn », convoquant quelques protagonistes réels, dénouant avec une infinie intelligence la complexité de sensibilités, d'injustices et de drames humains qui se télescopent et s'additionnent sans jamais s'embrasser pour mieux se résoudre.

Face à cette histoire sociale et politique, cette « grande histoire », Colombe Schneck pose le miroir de l'anecdotique, l'histoire intime et personnelle d'Esther et Frederick, comme un écho à ce qui se joue à quelques stations de métro de leurs tracas quotidiens, dans l'ombre du New York qui ne s'expose pas sur les cartes postales. Elle, jeune journaliste française d'origine juive ; lui, afro-américain vieillissant et marié, professeur de littérature ; ils sont amoureux, évoluent dans la lumière du Manhattan intellectuel et mondain, mais convaincus de l'impasse dans laquelle les mène leur amour contrarié, reflet de cette ville et de ce monde où Juifs et Noirs sont supposés cohabiter mais ne pas se mêler les uns aux autres.

La plume de Colombe Schneck vagabonde avec grâce et habileté des pensées d'un personnage à celles d'un autre, esquissant avec d'autant plus de justesse la réalité d'une situation complexe, déliant l'enchevêtrement de sentiments – amour, haine, foi, rancoeur, ennui, ambition etc. – qui animent les uns et les autres. A travers la superposition du macroscopique et de l'intime, elle met à jour toute l'ambiguïté de l'humain face au sentiment amoureux dévorant et exclusif : alors que la ville ploie sous la violence d'émeutes meurtrières, rien ne détourne Esther de la seule chose qui importe, Frederick.

Roman hypnotique, nourri par une écriture brillante et rythmée, qui slalome avec frénésie d'une temporalité à l'autre sans jamais noyer le lecteur, pour reconstituer avec virtuosité et rigueur un puzzle complexe et envoûtant. A lire d'urgence !

Alexis

WANTED LOUISE

favoriteMULLER-COLARD MARION

Touchant !

Louise est partie sans laisser de traces. Mère de famille, sa perte crée un grand vide. Chris, sa mère, écrivaine et grand-mère des deux petits garçons qui lui tombent sur les bras, doit faire face à ce vide et avancer, au moins pour les enfants, qu'elle reçoit dans sa vieille maison alsacienne.

Sa rencontre avec Ludmila et l'histoire de cette femme qui fut enrôlée par sa propre mère dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, va changer le cours de sa vie. Elle va se remettre à l'écriture, et à travers l'histoire de Ludmima comprendre que l'amour est plus fort que tout.

Une très belle plume qui dépeint l'amour familial, le vide du manque de ceux qu'on aime et la puissance de l'amour maternel.

Justine

KILOMETRE ZERO - T01 - KILOMET

favoriteBOSSARD/PIATZSZEK

Une bande-dessinée historique qui nous montre les rouages de la création d'une première ligne internationale de chemin de fer... à Mulhouse même, en 1830 !

Sous la direction de Nicolas Koechlin, l'homme le plus riche et influent d'Alsace, c'est une aventure ferroviaire qui prend forme et qui marque le début des lignes internationales... On découvre aussi les strates sociales de l'époque, les combats et défis de chaque classe.

Alsaciens ou non, un périple historique plus qu'intéressant à lire!

Justine

CITY OF WINDOWS

favoritePOBI ROBERT

Un sniper sème la terreur dans les rues de New York, paralysées par la neige. Le tireur, particulièrement aguerri, contraint Lucas Page, ancien collaborateur du FBI, personnage bourru et blessé dans sa chair, dont le sens de l'espace et de sa géométrie est particulièrement développé, à sortir de sa retraite forcée. De retour dans un panier de crabes dont il se méfie, il se lance dans une course poursuite haletante, qui ne ménage ni le suspense, ni les rebondissements.

Si quelques ressorts du thriller peuvent paraître classiques, ils sont vite effacés par un talent indéniable d'écriture, un sens de l'humour à propos et parfaitement dosé, et un récit maîtrisé de main de maître.

Un livre qu'on ne lâche pas une fois la lecture débutée.

Alexis

DONNE-MOI LA MAIN MENINO

favoriteDELAHAYE AURELIE

Son authenticité, son charme et la vie de ses habitants sont bousculés depuis quelques années par le tourisme de masse et le tout puissant Airbnb. Menino, lui, vit sa vie au jour le jour, sans trop se poser de questions, jusqu’à ce que ses proches soient contraints de quitter leurs logements. Il va alors, un peu malgré lui, faire partie de la Résistance…

Aurélie Delahaye nous emmène dans les ruelles ensoleillées de Lisbonne à la rencontre de personnages complexes et touchants, qu’ils soient Lisboètes, touristes ou expatriés.

Elle nous livre de cette manière une vision toute en nuances des tragédies qui se jouent dans la capitale Portugaise.

Un premier roman puissant et engagé, à lire d’une traite !

Céline

UNE POIGNEE DE VIES

favoriteHAUSHOFER MARLEN

Une femme revient dans la maison de son enfance et déroule les souvenirs de ses vies passées en retrouvant de veilles photos dans une boîte à chaussures. On découvre alors sous ses airs de dame fatiguée, une jeune fille rebelle, indépendante et assoiffée d’absolu.

L’autrice du "Mur Invisible" a vraiment ce don de dépeindre tout en finesse des héroïnes complexes, pleines de contradictions, remplies de mondes intérieurs vivaces.

Céline

LE BRUIT DE LA LUMIERE

favoriteHAGENA KATHARINA

Une salle d’attente chez le neurologue. Autour de la narratrice, quatre autres personnes. Elle leur invente des vies, en Allemagne, au Canada. Mais ces récits sont-ils vraiment des fictions ?

Des détails semblent se répondre d’une histoire à l’autre. Ces personnages semblent se croiser dans leurs quêtes de mousses, d’oursons d’eau ou de changements de vie.

On se laisse transporter. Mais sous la surface semble se jouer une tragédie. Que fait vraiment la narratrice dans cette salle d’attente ?

Katarina Hagena livre ici un roman intrigant, déroutant et très poétique.

Céline

SHUNI - CE QUE TU DOIS SAVOIR,

favoriteFONTAINE NAOMI

A travers une longue lettre à Julie, Shuni en innu, Naomie Fontaine parle de son peuple, de sa famille, des colons, du regard de l'autre sur les Innus.

Un très beau texte.

"Je n'ai pas appris à cogner à une porte avant d'entrer dans une maison. Je n'ai pas appris l'importance d'arriver à l'heure à un rendez-vous. Ma mère ne m'a pas appris à gérer convenablement mes finances. Et toi Julie, sais-tu reconnaître les pistes du lièvre ? Sais-tu lire le temps qu'il fera sur les feuilles des arbres ? Sais-tu entendre, au-delà de la souffrance qui est visible, le pouls d'un coeur qui s'accélère pour continuer à battre ?"

Marie

L-ECOLE DES SOIGNANTES

favoriteWINCKLER MARTIN

Martin Winckler part d’un constat simple : la médecine se fonde sur la connaissance du corps des hommes. Et si elle se basait plutôt sur celle des femmes ? Après tout, ce sont elles qui connaissent des bouleversements majeurs dans leurs vie, au niveau physiologique, morphologique, hormonal et psychologique !

Bienvenue donc au Centre hospitalier holistique de Tourmens qui développe une médecine féministe, inclusive et bienveillante. On y suit le parcours d’une soignante, Hannah Mitzva, qui commence une résidence au Pôle Psycho.

Bien que l’intrigue se situe en 2039, les questions soulevées dans ce roman sont d’une actualité percutante.

Martin Winckler signe ici une œuvre riche et bouleversante, résolument féministe et révolutionnaire.

Un indispensable !

Céline

HARLEM QUARTET

favoriteBALDWIN JAMES

C'est souvent dans ce que l'on a de plus familier que l'on trouve le meilleur des réconforts. Enième plongée, donc, dans le "Harlem Quartet" de James Baldwin, republié chez Stock en 2017.

Oeuvre aussi belle que tragique, le génie littéraire du romancier tiré à son paroxysme, son art certain de la digression, son écriture poétique dissimulant à peine l'âpreté de son sujet, rythmé tout du long par le jazz, le chant et les cantiques qui traversent le récit, et esquissent ce portrait sans concession de l'Amérique des années 50 déchirées par le racisme et l'intolérance, sublimées par les mots et la musique.

De la mort d'Arthur Montana, Baldwin remonte le fil de son histoire à travers les yeux de son frère, Hall, pour reconstituer sa vie, son parcours, ses drames, ses succès, et l'amitié commune qui les unissait à Julia et Jimmy.

Le chef d'oeuvre de James Baldwin, un trésor de la littérature américaine.

Alexis

NEFERTARI DREAM

favoriteBONNOT XAVIER-MARIE

Passionnant !

L'Égypte un pays pauvre, divisé par le niveau de richesse et par la religion où vit Rodolphe et les archéologues français souhaitant découvrir la vie de pharaons encore méconnus.

Rodolphe et Noah, âmes soeurs que tout oppose, l'un catholique français, l'autre égyptienne musulmane de 10 ans sa cadette, vont se réunir grâce à la civilisation ancienne et malgré les dangers de l'interdit culturel.

Nous allons vivre leur histoire d'amour provoqué par leur vocation commune : connaître le passé, la place des femmes au temps des pharaons.

Manon

COUPE SOMBRE

favoritePEER/MEIZOZ

À soixante-cinq ans Simon revient dans son village natal après trois ans de prison pour avoir tué accidentellement un camarade à la chasse. Veuf, il est traité en paria et accepte tous les travaux, même les plus ingrats. C'est ainsi qu'il va accepter de s'occuper des arbres à abattre sur une parcelle reculée et hostile. Après avoir dû affronter les hommes, il se retrouve face à la nature...

Une histoire de solitude, de malchance et de combat à lire et à transmettre !

Marie

FOLLES MELANCOLIES

favoriteTERESA VEIGAS

En onze nouvelles Teresa Veiga dresse le portrait de femmes, bourreaux ou victimes, folles ou mélancoliques, mères, épouses, adolescentes, en suivant différents codes littéraires (policier, libertin, fait divers, gothique).

Une plume au ton juste qui dépeint avec excellence l'âme humaine.

"Ma mémoire m'échappa et recula à un point où je ne réussissais plus à l'atteindre, s'enfonçant de plus en plus loin, submergée dans des profondeurs d'où ne parvenait qu'une lumière moribonde, comme celle du soleil tamisée par des couches d'eau dense et sombre."

Marie

QUATRE AMOURS

favoriteCOMENCINI CRISTINA

Un roman sur l'amour, la vie de couple, la séparation et le désir d'une autre vie. Avec humour, sensibilité et douceur, sous l'entrelacs des souvenirs qui jaillissent, on découvre plusieurs personnages pendant leur rupture, et les points de vue de chacun.

Marta et Andrea; Laura et Piero, des personnes qui s'aiment mais ne peuvent plus vivre ensemble. Qui se découvrent la possibilité d'une nouvelle vie, à 60 ans passés.

Justine

LES MILITANTES

favoriteRAPHAEL CLAIRE

Un tueur marque les étuis des balles aux initiales de ses victimes. Leur point commun ? Ce sont des femmes qui militent contre les violences faites aux femmes. Est-ce un tueur en série ou un trop habituel féminicide ?

Claire Raphaël signe un premier roman où la tension rivalise avec la sensibilité et duquel on ne sort pas indifférent.

Une réussite.

Arnaud

AUTOCHTONES

favoriteGALINA M S.

Tout lecteur de Stephen King sait bien que lire est affaire de télépathie. Télépathie entre l'auteur et son lecteur, entre ce dernier et les personnages du livre. Une communication secrète s'installe entre un livre et son lecteur. Et sûrement que si l'on ne dort pas, c'est pour mieux lire et découvrir des territoires étranges et mystérieux.

Maria Galina, dont le dernier roman "Autochtones" a paru aux Agullo Editions, est également traductrice de Stephen King. Et son roman "Autochtones" dans lequel on suit la quête d'un homme parti à la recherche d'un mystérieux groupe, auteur d'un opéra dans les années 20, rappelle à quel point la littérature est affaire d'insomnie et de trouble.

À travers son enquête dans une ville hantée aux confins de l'Europe, le lecteur rencontre autant de figures troubles qui renvoient à un univers en noir et blanc. On se perd dans les dédales de cette ville qui semble tout droit sorti d'un roman de Franz Kafka. On croit avoir la bonne clé pour sortir des différentes pièces de ce labyrinthe romanesque. Mais à chaque porte fermée s'en ouvre une nouvelle.

Maria Galina nous invite à travers ce roman hanté et baroque, peuplé de fantômes et de spectres, à plonger dans une nuit de lecture pour mieux communiquer avec les morts et les vivants.

Qui est cet étrange groupe auteur de l'opéra La mort de Pétrone ? Cette ville est-elle bien réelle ? Quels sont les véritables motifs de cet étranger ?

On termine le livre sans savoir si on a lu roman ou si c'est lui qui nous a lu.

Antoine Jarry

LES OS DES FILLES

favoritePAPIN LINE

Très beau !

Un récit de vie, une quête d'identité, à travers l'histoire de trois générations de femmes, de 1960 à aujourd'hui, du Vietnam à la France...

C'est l'histoire de Line, de sa mère et de sa grand-mère. C'est l'amour d'un pays trop vite quitté et la richesse des racines que l'on porte chacun en nous.

C'est la guerre, l'exil, la famille. C'est la vie de cette jeune femme, que l'on suit dans une écriture sincère, empreinte de multiples sentiments et sensations.

Justine

RICHESSE OBLIGE

favoriteCAYRE HANNELORE

Blanche De Rigny supporte plus son nom à particule qu'elle ne le porte, et porte mieux son handicap qu'elle ne le supporte.

Blanche De Rigny est originaire d'une île bretonne (l'Ile d'Ouessant ?) et, malgré son nom à particule, de basse extraction.

1870- C'est la guerre contre les Prussiens. La famille De Rigny ne va quand même pas s'abaisser a y envoyer ses fils... Elle cherche à acheter un remplaçant, comme c'est l'usage chez les nantis à cette époque.

Après "La Daronne", Hannelore Cayre revient en force avec ce roman doublement choral : à cheval entre le monde de la grande bourgeoisie du 19ème siècle et celui des délaissés actuels.

Un roman historique, social et engagé. Un verbe qui claque, aux punchline bien senties. On en redemande.

Arnaud

INCONDITIONNELLES

favoriteTEMPEST KATE

Poignant et sensible, comme un bon livre de Kate Tempest !

Une histoire d'amour entre deux femmes, en prison. Quand Serena est libérée, Chess s'effondre...

La musique, le chant, sont son seul combat pour la vie.

Une pièce de théâtre aux multiples références musicales; poétique et juste.

Justine

REGARDE

favoriteCOMMERE HERVE

Mylène, grande bourgeoise déchue, a fait un casse qui a mal tourné avec un homme qu'elle aimait passionnément. Pendant son incarcération, elle apprend qu'il a été assassiné en prison. A la sortie, Mylène travaille pour une association sociale. Une fois par mois elle s'offre un week-end dans un lieu insolite.

C'est lors d'une de ces escapade, alors qu'elle a loué une verdine, que tout la ramène à cet homme : ses revues préférées sont sur la table, sa tasse émaillée dans l'évier, jusqu'à cette carte postale qu'ils ont tant aimé. Se peut-il qu'il soit vivant ?

Un polar sur la passion et ses déraisons, sur le souvenir, sur la destruction, sur la haine amoureuse. Hervé Commère est un grand explorateur des passions humaines. Une réussite.

Arnaud

COMMENT J-AI RENCONTRE LES POI

favoritePAVEL OTA

Une bouffée de vie, d'humour et une passion folle pour la pêche !

Classique de la littérature tchèque, ce roman en partie autobiographique retrace l'histoire d'une famille, dont le père est juif, plein d'humour et de ressources, personnage au cran légendaire.

Bien plus que vendre des frigos ou des aspirateurs, bien plus que ses émois amoureux pour les femmes, cet homme a une passion qu'il transmet à ses fils, et qui survivra à la guerre, au temps qui passe, aux problèmes d'argent et de travail : la pêche à la carpe.

"J'arrive enfin au mot juste : liberté, La pêche, c'est surtout la liberté."

Justine

PARCE QUE LES FLEURS SONT BLAN

favoriteBAKKER GERBRAND

Un livre qui tire sa puissance de sa simplicité, sa sensualité, ses silences qui disent avec brio l'altérité et l'enfance, ses douleurs et sa mélancolie.

Gerson et les jumeaux Klaas et Kees vivent avec leur père Gérard, et le chien Daan. Leur vie bascule lorsqu'ils ont un accident en voiture, qui rend Gerson aveugle. Tous feront des efforts pour reconstruire leur fragile équilibre familial... Depuis petits, les garçons jouaient à "Noir" dans le jardin; maintenant cela devient une réalité qui fait partie du corps de Gerson.

Justine

UN MONDE SANS RIVAGE

favoriteGAUDY HELENE

Nous sommes en 1897. Andrée, Fraenkel et Strindberg se lancent dans une aventure incroyable : ils veulent survoler le Pôle Nord en ballon. On ne les reverra jamais… Que s’est-il passé ? Comment sont-ils morts ? Et où ?

Hélène Gaudy s’appuie sur des photographies et des journaux de bord retrouvés pour retracer l’épopée de ces trois Suédois. Elle comble les trous du récit en se fondant sur les expériences et les récits d’autres explorateurs de zones glacées comme Olav Sanen, Léonie d'Aunet ou Sir Ernest Shakleton.

De sa plume poétique et honnête, elle nous communique sa fascination pour le destin funeste de ces trois jeunes explorateurs. Pour tout dire, son récit m’a hantée plusieurs jours, tant et si bien que je passais mon temps à peindre des ballons et des banquises.

Céline

IN WAVES

favoriteDUNGO/REY

Une première BD plus que riche : autobiographique; historique; émouvante et à l'univers graphique aquatique très réussi. Une immersion sur les eaux mouvantes.
Deux histoires en parallèle: celle du surf et des grandes figures qui en ont fait un sport, les débuts de Duke Kahanamoku et Tom Blake à Hawaii. Celle de l'auteur et de Kristen, histoire d'amour adolescente, où la maladie les oblige à décupler leur force et leur passion pour se battre dans les vagues déferlantes de la vie.
Une passion, l'appel de l'eau, plus forte que tout.

Justine

SI BELLES EN CE MOUROIR

favoriteLABORDE MARIE

Alexandrine Dumas, 85 ans, Marie-Thérèse 99 ans et Gisèle, 80 ans fomentent respectivement leur vengeance contre leur mari, beau-fils et assasin présumé de son chien.

Un roman plein d'humour sur le grand âge et les maisons de retraite.

Marie

LA CITE DES REVES

favoriteCHMIELARZ WOJCIECH

La Cité des rêves, un quartier de luxe hypersécurisé de Varsovie. Des riches, des politiciens déchus, des fortunes douteuses... et leur petit personnel féminin d'origine ukrainienne.

Un matin au coeur de la Cité on trouve Zuzanna, étudiante en journalisme, saignée à mort. L'inspecteur Mortka et sa collègue Suchoka enquêtent et plongent dans le racisme ordinaire, les #ompromissions et subissent diverses pressions. Mafia, drogue, prostitution : chez les influents les bassesses sont les mêmes qu'ailleurs.

Wojciech Chmielarz est un auteur de roman noir et policier à suivre de près. Une belle écriture au service d'une intrigue parfaitement menée.

Arnaud

L-AUTRE MOITIE DU SONGE M-APPA

favoriteGALLIENNE ALICIA

Magnifique, des mots sensibles et puissants, empreints d'une grande maturité, écrits par une jeune femme entre ses 17 et 19ans.

La poésie d'Alicia Gallienne évoque avec vivacité et maîtrise littéraire les images de l'amour, la vie, la mort. Cette jeune femme partie trop tôt un matin de décembre 1990 avait un talent fou d'écrivaine et en elle-même un cri pour la vie, qui se doit d'être lu et partagé.

Justine

TOUTE LA VIOLENCE DES HOMMES

favoriteCOLIZE PAUL

Un bon thriller psychologique, au rythme vif, que vous ne pourrez pas lâcher dès les premières pages passées!...

Une femme est retrouvée morte de plusieurs coups de couteau, dans un appartement bruxellois. Tout accuse un jeune homme, Nikola Stankovic, d'origine croate et artiste de rue, graffeur anonyme à Bruxelles, connu pour ses fresques ultra-violentes mais artistiquement exceptionnelles. Nikola nie en boucle. L'enquête est ouverte, et il est interné pour observation psychologique.

Dans quelle mesure est-il impliqué dans ce crime? Quelle est l'origine des troubles qui l'habitent? Et pourquoi ce besoin irrépressible de peindre la violence?...

Justine

VISA TRANSIT - VOL01

favoriteCRECY NICOLAS DE

Un récit de voyage autobiographique qui nous embarque sur les routes du Sud de l'Europe jusqu'à la Turquie, l'été 1986, aux côtés de deux jeunes hommes épris de liberté, d'insouciance et de poésie.

La délicatesse du dessin de Nicolas de Crécy accentue la douceur de ce périple qui alterne entre réalité présente, souvenirs d'enfance et visions oniriques.

Justine

L-INVITE DU MIROIR

favoriteRAHIMI ATIQ

Un beau conte et un magnifique livre pour son format à l'italienne et ses doux croquis qui parsèment le récit... à lire et à offrir!

Ce conte poétique prédit le génocide au Rwanda de 1994 mais décrit en parallèle la beauté du pays... Rahimi a produit ce récit inspiré de son séjour au Rwanda et de ses croquis lorsqu'il réalisait le tournage de son film "Notre Dame du Nil", librement adapté du roman éponyme de Scholastique Mukasonga (Gallimard).

Le film est d'ailleurs lui-même très beau et juste, dénotant la grandeur des paysages sauvages et la paix qui s'en dégage, en regard de la montée des rancoeurs ethniques et de la guerre civile entre les Tutsis et les Hutus.

Un témoignage de l'horreur : la nommer, pour éviter qu'elle se reproduise. Tentation de la dépasser, grâce à la poésie et le pouvoir des mots.

Justine

BIENVENUE A OSWALD !

favoriteGARINO CELIA

Oswald, un univers où toutes les légendes prennent vie.

Chiméri une jeune fille de 10 ans visite le château de Renouvault lorsqu'elle tombe dans un monde souterrain. Ce monde peuplé de personnages antiques, de légendes médiévales occidentales et orientales qu'elle va découvrir avec Haruka une hors-la-loi.

Un voyage trépidant avec des personnages attachants qui rappelle mystérieusement une jeune fille blonde prénommée Alice.

Célia Garino, une jeune auteure de livres jeunesses à suivre.

Manon

JE TE PLUMERAI LA TETE

favoriteMAZARD CLAIRE

Un thriller psychologique haletant sur la manipulation d'un père envers sa fille. Une histoire d'amour familiale qui invite à réfléchir sur le contrôle exercé par un parent envers sa fille unique.

Lilou est une jeune fille vouant une admiration sans faille à son père jusqu'au jour où il lui suggère de ne plus rendre visite à sa mère malade hospitalisée. Lilou va s'émanciper de son père grâce à ses amis qui la soutiennent constamment et qui l'encouragent à rendre visite à sa mère.

Ce roman décrit les dangers des liens familiaux et met en avant une belle histoire d'amitié qui unit Lilou et ses amis surnommés les "cinq mousquetaires" dès la petite enfance.

Manon

LA FABRIQUE DES SALAUDS

favoriteKRAUS CHRIS

Stupéfiant.
Chris Kraus nous transporte dans une famille allemande marquée par la violence, la haine et le nazisme. Nous vivons les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale à travers leurs yeux et notamment celui d'un nazi agissant selon son propre idéal : l'amour ! 
Un roman captivant qui se déguste comme un polar vénéneux, avec une fin ....

Manon.

CENT MILLIONS D-ANNEES ET UN J

favoriteANDREA JEAN-BAPTISTE

Epoustouflant !
Une aventure en pleine montagne entre la France et l'Italie : une équipée sur les traces d'une légende, un squelette oublié.
Jusqu'où poursuit-on nos rêves ?
Nature sauvage, courage et folie : laissez-vous porter par une quête incroyable sur les sommets. 

Justine

DEGELS

favoritePHILLIPS JULIA

Un premier roman qui commence comme un polar par la disparition de deux fillettes au Kamtchatka. Mais l'histoire prend un tout autre tournant que celui que l'on attend. L'auteur nous partage des bribes de vies d'une douzaine de femmes, mois après mois, qui ont toutes un lien plus ou moins direct entre elles et pensent toutes à ces fillettes disparues. Nous découvrons comment vivent ces femmes aujourd'hui, le poids du patriarcat, le sexisme ordinaire et la difficulté pour les femmes de s'émanciper, le racisme envers la population indigène évène (nomades vivant de l'élevage de rennes).
Un roman fin, dans décor inoubliable, parsemé d'indices menant à la résolution de l'enquête, avec des portraits de femmes émouvantes.

Marie

L-ETERNEL PRINTEMPS

favoritePAUTREL MARC

Savoureux.
Une plume douce, mélancolique, sensuelle ... 
C'est une liaison amoureuse entre un écrivain et une libraire en livres anciens. Une liaison ambiguë qui se crée sur plusieurs rencontres, promenades et rendez-vous entre ces deux êtres fragiles et aimants.
Le lecteur attend la chute, l'acte qui officialisera la liaison ... mais le plaisir de l'attente dure ... car le printemps, ici, est éternel.

Justine

LA TENTATION - PRIX MEDICIS 20

favoriteLANG LUC

Embarqués comme dans une descente en rafting, le roman vous tient en haleine jusqu'à la dernière page... entremêlant histoires familiales et western, un vrai livre coup de poing !

Frédéric

 

77

favoriteFOUQUE MARIN

Une révélation !
Poignant, introspectif et bouillonnant de vie, ce récit dépeint la complexité de l'adolescence : sa violence, sa liberté, la quête d'un but existentiel et la valeur de l'amitié.
La plume à la fois énergique et mélancolique, criante de vérite et étonamment belle de ce premier roman vous ravira.

Justine

TOUS LES HOMMES N-HABITENT PAS

favoriteDUBOIS JEAN-PAUL

On rit, on s'émeut en lisant le livre de Dubois, loin des tondeuses à gazon et de la peur en avion.

Un grand cru.

Frédéric

MILLE ET DIX MILLE PAS- T1- SA

favoriteCHAMPS-MASSART

Un très beau récit qui nous embarque sur les traces des tribus nomades autour de Samarcande au VIIIème siècle. Du siège de Sanam par les armées arabes qui veulent faire tomber le Voilé, au quartier de la Petite Pierre à Samarcande, rencontrant des hommes qui ont parcouru mille et dix-mille pas.

Marie

LE CIEL PAR-DESSUS LE TOIT

favoriteAPPANAH NATHACHA

Loup est en maison d'arrêt parce qu'il a voulu rejoindre sa soeur en voiture sans permis. Soeur brouillée avec sa mère qui avait promis de revenir le chercher en quittant la maison mais qui n'a jamais honoré sa promesse. Un récit sur les profondes blessures de cette mère et ses deux enfants.

Marie

VIGNERONNES - 100 FEMMES QUI F

favoriteGOEYVAERTS/LEPELTIER

On s'en doutait, le vin féminin n'existe pas.
On aurait pu s'en douter, les femmes ont toujours été là dans le monde du vin. Elles étaient les "petites mains" indispensables au bon fonctionnement des domaines, et pourtant invisibles.
Sandrine Goeyvaerts, blogueuse de haute lampée et caviste, vient de sortir un ouvrage indispensable pour quiconque s'intéresse au vin.
Un livre qui parle de vigneronnes, de femmes qui font leur vin, de leurs parcours, de leurs engagements, de leurs fiertés, de leurs choix, et bien sûr de leurs quilles.

Arnaud

LES MANGEURS D-ARGILE

favoriteFARRIS PETER

Un ado vient de perdre son père et un malentendu a lieu entre eux la dernière fois qu'ils se voient... alors qu'en réalité celui-ci lui réservait une grande surprise... avant de mourir subitement. Accident ? Complot ?

Manipulations, sabotages, trahisons... mais une amitié forte sauvera Jesse.

Frédéric 

JOLIS JOLIS MONSTRES

favoriteDUFRESNE-LAMY JULIEN

Pétillant !
Un récit à double voix. L'histoire de James, ancienne dragqueen, croise celle de Victor, père de famille qui souhaite réaliser ses rêves, transmettre son humour sur la scène.
Années 80-90 : on découvre l'univers des drags, le voguing, les bals et les personnalités extravagantes de New York.
Incroyablement vivant et émouvant !

Justine

UNE PARTIE DE BADMINTON

favoriteADAM OLIVIER

Un écrivain à succès quitte la Bretagne pour Paris avec sa famille. Mais ses livres suivants ne rencontrent pas le succès escompté. Les dettes s'accumulant ils doivent retourner en Bretagne. Mais la vie du couple s'effrite, leur fille adolescente regrette sa vie parisienne où elle a laissé son premier amour. Paul a trouvé un travail de journaliste et participe à la vie et à la politique locale. Un roman mélancolique et ironique dans lequel le narrateur se tourne en auto-dérision mais auquel le lecteur s'attache.

Marie

A SANG PERDU

favoriteDELBIANCO RAE

Premier roman extraordinaire !
D’emblée, Rae nous invite dans un récit captivant, effrayant aussi. Nous ressentons les puissance de son style, comme le héros la chaleur du désert.
Inoubliable chasse à l’homme.
 
Frédéric

LE BALLET DES RETARDATAIRES

favoriteABOUELEZE MAIA

Une pépite !

Maïa est une jeune femme française qui part au Japon apprendre le taïko, art musical traditionnel très sélectif. La douleur physique, la barrière de la langue et la peur des tremblements de terre sont des combats quotidiens. Mais Maïa découvre aussi la puissance de la musique en elle, l'amitié, la culture japonaise et ses délices. On dévore avec un plaisir intense ce roman initiatique plein d'humour et de poésie.

Justine

LUNDI MON AMOUR

favoriteSIAUDEAU GUILLAUME

Etonnant, doux et plein de vie.
Harry n'est pas comme "les autres". Son rêve c'est de voyager sur la Lune. Quand il insiste pour obtenir ses billets auprès de l'agence de voyage, il se voit emmené de force dans un hôpital psychiatrique. Seulement, Harry est plus malin, il va la construire lui même, sa fusée, coûte que coûte...
Au regard naïf et plein d'humour, un personnage incroyablement touchant.

Justine

 

 

LA CUISINE GRECQUE VEGETARIENN

favoriteHEATHER THOMAS

La collection de cuisine végétarienne de Phaïdon s'étoffe avec ce très bel ouvrage. Comme les deux précédents, il est non seulement magnifiquement illustré mais il est aussi particulièrement apétant. Les recettes sont clairement traditionnelles et clairement revisitées. Elles développent une belle palette de goûts, d'accords, d'effluves et de plaisirs. 
Il y a même des recettes de plats végétaliens.

Arnaud

LES FILLETTES

favoriteGOROKHOFF CLARISSE

Rebecca, fille de pharmacien, a commencé à se droguer en testant ce qu'elle trouvait dans la salle de bain de ses parents et peu à peu en les mélangeant à de l'alcool. Elle rencontre Anton chez la psychiatre et c'est le coup de foudre. De cet amour naîtront trois filles: Justine, Laurette et Ninon.
Dans ce roman au ton très juste, Clarisse Gorokhoff donne la parole à son père, sa mère et ses sœurs tour à tour pour retracer son histoire, pour raconter leur mère pas toujours à même de s'occuper de ses filles mais les aimant à sa manière.

Marie

TOUCHEES

favoriteZUTTION QUENTIN

Bouleversant.
On retrouve le dessin pastel si doux de Zuttion et en parallèle la dureté et la complexité de ses personnages brisés.
Ici, trois femmes décident de combattre leurs peurs et leur mal-être dus à la violence subie, et de donner une nouvelle chance à leur vie, cherchant un souffle de paix dans leur étouffement permanent.
Cette BD est une dénonciation, une aide aussi. Un espoir.
On la referme les yeux embués, traversé d'une énergie et d'une force nouvelles.

Justine

ZEBU BOY

favoriteCHAMPAGNE AURELIE

La révolte de 1947, tous les Malgaches la connaissent. Elle habite toutes les familles, les razana (les ancêtres) le savent. On suit le parcours d'Ambila, on plonge dans les mystères de la Grande Île, ses ombiasy (sorciers), ses fady (interdits) et toutes ses coutumes qui pourraient vous paraître étranges.

Le roman d'Aurélie Champagne est un ouvrage complexe, comme la culture gasy (malgache), qui nous entraîne de l'autre côté d'un pan de l'histoire des colonies françaises majoritairement inconnu des vazah (celui qui vient voir, c'est-à-dire l'étranger).
Une vraie réussite ! 

AVANT QUE J-OUBLIE

favoritePAULY ANNE

Anne Pauly, dans son premier roman raconte l'histoire d'une mort, suivie d'une longue période de deuil, celle de son père, un père unijambiste, alcoolique, violent, avec sa mère, avec ses enfants. Son frère ne souhaite qu'une chose, que les obsèques se passent vite, qu'ils vendent la maison familiale et qu'il n'entende plus parler de tout ça. Mais pour Anne, ce n'est pas aussi simple. Son père elle l'aime, malgré ses défauts, ses maladresses. En vidant la maison, les souvenirs affluent.
Un texte fort qui peut raisonner en chacun de nous.

Marie