LE BRUIT DU DEGEL - BURNSIDE JOHN

Nos rayons
LE BRUIT DU DEGEL

LE BRUIT DU DEGEL

BURNSIDE JOHN
Editeur : METAILIE
Collection : SUITES
Date de parution : 01/03/2021

[ean : 9791022611213]

En stock !
12.00 €
Résumé
Kate, étudiante à la dérive, fait des « enquêtes » cinématographiques dans les rues désertées des banlieues pavillonnaires. Son père vient de mourir brutalement et elle noie son chagrin dans la défonce. Au cours d'une de ses déambulations, elle rencontre Jean, une vieille dame en pleine forme qui coupe son bois et prépare des thés délicats. Jean propose un étrange marché : elle veut bien raconter ses histoires, mais à condition que Kate cesse de boire.Tandis que Jean déroule le mirage du rêve américain et règle ses comptes avec quelques fantômes, Viêtnam, guerre froide, mouvements contestataires, Kate affronte enfin son deuil impossible et retrouve une place dans le mondeAvec sa prose magnétique et tendre, John Burnside rend le monde aux vivants et rappelle que seules les histoires nous sauvent.

Notre avis

Profond, délicat, incroyablement humain.

Le jour où Kate, jeune étudiante alcoolique, rencontre Jean, une vieille dame qui accepte de répondre à ses questions pour son projet cinématographique, son quotidien bascule. Depuis la mort de son père, Kate se noie dans l'alcool, et son petit ami Laurits, lui aussi accro à la défonce, n'est pas pour l'aider. Elle se questionne sur leur relation, sur sa vie à elle, mais elle sait qu'elle s'enfonce...

L'idée du film documentaire vient de Laurits, friand de musique et de cinéma, et elle accepte son jeu, poser 11 questions personnelles préparées par ses soins à plusieurs habitants d'un même quartier, sur leur enfance, leur passé, leurs rêves. Quand elle arrive à la porte de Jean, celle-ci accepte. Commence alors des rendez-vous curieux, où Kate écoute les histoires de Jean, découvre les mystères, les drames et les joies de ceux qui furent sa famille, qui connurent les guerres par le passé, et Jean déconstruit sous ses yeux l'idéal américain imaginé par la jeune femme.

Le seul accord entre elles : si Kate veut écouter Jean, elle doit venir sans avoir bu. Petit à petit, Kate se défait de la drogue, se nourrissant des histoires, avide de la vie de cette femme. Jean quant à elle se réconcilie avec son passé, les fantômes de la guerre froide, du Viêtnam, de la bêtise humaine.

Une sensibilité se dégage de ces lignes, une sensualité qui appelle aussi à revenir aux essentiels, comme l'indique le titre du premier chapitre, "faire des beignets, fendre du bois", grâce au cocon que Jean réussit à construire.

Une belle amitié, qui tel le dégel, permet au printemps de renaître.

Justine

Du même auteur

LA MAISON MUETTE BURNSIDE JOHN METAILIE

LA MAISON MUETTE

BURNSIDE JOHN
METAILIE